Bernadette Lafont life and biography

Bernadette Lafont picture, image, poster

Bernadette Lafont biography

Date of birth : 1938-10-26
Date of death : -
Birthplace : Nîmes,France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2012-02-07
Credited as : actrice, Films notables:La Fiancée du pirate, La Maman et la Putain

0 votes so far

Bernadette Lafont, née le 26 octobre 1938 à Nîmes,France est une actrice française. Elle prend des cours de danse à l'Opéra de Nimes, et rêve de cinéma .A 16 ans, elle rencontre Gérard Blain, comédien venu jouer dans la région. Grâce à celui qui deviendra brièvement son mari, elle côtoie, à Paris, les Jeunes Turcs de la Nouvelle Vague. Truffaut lui offre en 1957 son premier rôle dans le court métrage Les Mistons et la même année, elle tourne dans Le Beau Serge, coup d'essai, couronné de succès, de Claude Chabrol, un cinéaste qui lui sera toujours fidèle (Les Bonnes femmes, qui fait scandale en 1960, Inspecteur Lavardin en 1986).

L'égérie de la Nouvelle Vague, vue dans L'Eau à la bouche, travaille bientôt avec les francs-tireurs Pollet et Garrel (Le Révélateur en 68), mais ces oeuvres novatrices n'attirent pas les foules. En 1969, son rôle de fille rebelle aux moeurs légères dans La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan permet à Bernadette Lafont, incarnation du vent de liberté qui souffle alors sur la société, de renouer avec le succès. Héroïne en 1972 d'Une belle fille comme moi, la comédie de Truffaut, elle forme avec Léaud et Francoise Lebrun le trio amoureux de La Maman et la Putain, film-culte d'Eustache présenté à Cannes en 1973.

A partir des années 70, Bernadette Lafont alterne sans complexe les oeuvres les plus pointues (Out 1 et Noroit du vieil ami Rivette, les films de Davila ou Zucca) et les comédies de Max Pécas ou Claude Confortès, un anticonformisme qui n'est pas pour déplaire à Jean-Pierre Mocky (Le Pactole en 1985).
Confidente de L'Effrontée Charlotte Gainsbourg, Bernadette Lafont décroche pour cette prestation un césar du Meilleur scond rôle en 1986. Dans les années 90, on retrouve son grain de folie et sa truculence chez Ruiz, Bonitzer et la débutante Marion Vernoux (Personne ne m'aime en 1993). La sexagénaire, qui se voit décerner en 2003 un César d'honneur, inspire nombre de cinéastes de la jeune génération : veuve au grand coeur dans Les Petites couleurs de Patricia Plattner, elle campe une mère abusive dans Prête-moi ta main, la comédie romantique décalée d'Eric Lartigau en 2006 avant de tourner sous la direction de Zoe R. Cassavetes.

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.166s