Charles Vanel life and biography

Charles Vanel picture, image, poster

Charles Vanel biography

Date of birth : 1892-08-21
Date of death : 1989-04-15
Birthplace : Rennes , France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-02-15
Credited as : acteur et réalisateur, films:Tintin et le mystère de la toison d'or, L'aîné des Ferchaux

0 votes so far

Charles Vanel, Charles-Marie Vanel, est un acteur et réalisateur français, né le 21 août 1892 à Rennes ,mort le 15 avril 1989 à Cannes .

Charles Vanel tourne un premier cours métrage de Robert Péguy en 1910. Il sera à l’affiche d’une quarantaine de productions avant l’avènement du parlant dont «Miarka, fille à l’ours» (1920) de Louis Mercanton, avec Ivor Novello et Gabrielle Réjane.

Il apparaîtra même une deuxième fois dans certains de ses films devenus sonores: «Pêcheur d’Islande» adapté du roman de Pierre Loti par Jacques de Baroncelli (1924) puis Pierre Schoendoerffer (1959); «L’équipage» de Joseph Kessel filmé par Maurice Tourneur (1928) et Anatole Litvak (1935).

Il travaille aussi à Berlin avec notamment Augusto Genina et Karl Grune qui lui fait interpréter Napoléon. En 1929 il s’essaie comme réalisateur mais toujours avec les techniques du muet, pour un mélodrame sur la condition ouvrière «Dans la nuit». Ce court métrage à contre courant est un échec commercial, tout comme sa seconde et dernière réalisation «Affaires classées» (1932), avec Pierre Larquey.

Charles Vanel redevient donc définitivement acteur. Sans être le jeune premier il impose son style en jouant des braves types amoureux ou bien des méchants qui séduisent par leur ténacité ou la complexité de leur caractère. Il est ainsi l’inspecteur Javert dans la version des «Misérables» de 1934 puis le perfide Ogareff tortionnaire de «Michel Strogoff» (1935) joué par l’Autrichien Anton Walbrook (connu alors sous le nom de Adolf Wohlbrück); et un crapuleux chef de la police dans «L’or du Cristobal» (1940) avec Conchita Montenegro.

Et quel contraste avec sa silhouette massive quand, dirigé par Henri Decoin, il donne la réplique à Danielle Darrieux: «Le Domino vert» (1935), «Abus de confiance» (1937). Pendant l’occupation et le régime de Vichy, Charles Vanel poursuit son activité au cinéma.

Après la guerre l’acteur tourne beaucoup en France mais aussi en Italie. Henri-Georges Clouzot le dirige dans quatre films dont: «Le salaire de la peur» (1952) avec Yves Montand, et «Les diaboliques» (1954) avec Simone Signoret, Paul Meurisse mais aussi Johnny Hallyday en collégien.

Et il y aura encore Luis Buñuel, Alfred Hitchcock et combien d’autres réalisateurs prestigieux! Charles Vanel c’est également l’aventurier devenu moine sur le Mont Athos dans «Tintin et le mystère de la toison d’or» (1961); «L’aîné des Ferchaux» (1963) d’après Simenon, le magistrat décrit par Jean Giono dans «Un roi sans divertissement» (1963).

Grande vedette de la télévision il est le grand-père du petit Mehdi el Glaoui dans «Sébastien et la Marie-Morgane» (1970), ou Oscar Thibault dans la saga de Roger Martin du Gard (1972).
Presque centenaire, il interprète Charles Van Bergh, l’époux pour le moins malicieux de Denise Grey, dans «Les saisons du plaisir » (1987) de Jean-Pierre Mocky. Retiré près de Cannes, avec sa troisième épouse, Arlette Bailly, de près de quarante ans sa cadette, il décède le 15 avril 1989.


Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.043s