Daniel Cohn-Bendit life and biography

Daniel Cohn-Bendit picture, image, poster

Daniel Cohn-Bendit biography

Date of birth : 1945-04-04
Date of death : -
Birthplace : Mauntauban, France
Nationality : Allemande
Category : Politics
Last modified : 2010-06-17
Credited as : Homme politique, ,

0 votes so far

Daniel Cohn-Bendit, né le 4 avril 1945 à Montauban (Tarn-et-Garonne), est un homme politique européen de nationalité allemande, dont la vie et carrière se déroulent principalement en France et en Allemagne .

Cohn-Bendit (surnommé « Dany le Rouge » par les médias de l'époque des événements de mai 1968) est né en France, de père allemand et de mère française.

Il est apatride jusqu’à l’âge de 18 ans où il adopte la nationalité allemande pour ne pas faire son service militaire. Suite à son rôle symbolique lors des événements de mai 68 — c'est la menace de son expulsion de l'Université de Nanterre qui provoque l'occupation de l'université — il est interdit de territoire jusqu’en 1978.

Membre de la Fédération anarchiste, il quitte cette organisation en 1967 avec le groupe anarchiste de Nanterre pour rejoindre Noir et rouge. Il est l'un des principaux animateurs du Mouvement du 22 mars en 1968.

Après son expulsion du territoire, il s’installe en Allemagne où il se retire de la vie politique jusqu’en 1981, date à laquelle il rompt avec l’anarchisme en militant pour l’élection de Coluche à la présidence de la République, et en 1984, lorsqu’il adhère aux Grünen (Verts allemands).

En 1986, il officialise son abandon de la perspective révolutionnaire dans un ouvrage-bilan : Nous l’avons tant aimée, la Révolution.

En 1986 Daniel Cohn-Bendit annonce la réalisation d’une suite des aventures d’Antoine Doinel avec Jean-Pierre Léaud et Claude Jade, mais le projet n’aboutit pas.

Depuis 1999, Daniel Cohn-Bendit est député au Parlement européen. Il se revendiquera la même année, libéral-libertaire. Il a été élu comme tête de liste des Verts en France (sa liste obtient 9,72 % des voix en juin 1999, second meilleur résultat des Verts français aux élections européennes après celui d'Antoine Waechter en 1989), puis comme représentant des Verts allemands le 13 juin 2004.

Il est porte-parole du parti européen des verts créé en février 2004, puis co-président (avec Monica Frassoni) du groupe Vert au Parlement Européen. Il milite pour le fédéralisme européen. Ses options économiques nettement libérales l’éloignent un peu de la majorité des écologistes européens qui considèrent que le dogme libéral est incompatible avec les moyens que nécessitent la préservation de la planète et le combat pour la justice sociale et donc avec le paradigme écologiste.

En 2001, l’actualité le remet au premier plan avec la publication d'extraits de son livre « Le Grand Bazar » (Belfond 1975) où il raconte ses activités d’aide-éducateur dans un jardin d’enfants autogéré de Francfort.

Daniel Cohn-Bendit lors d'une conférence en faveur du TCE avec la Cé.Pendant les mois précédant le référendum français du 29 mai 2005 sur le Traité établissant une Constitution pour l'Europe, Daniel Cohn-Bendit a mené campagne pour le oui.

Il a suscité l'indignation de la majorité des Verts français pour n'avoir pas respecté la consigne de ne pas faire campagne avec d'autres partis. Il a ainsi participé à des réunions avec le premier secrétaire du PS François Hollande, et à droite avec le président de l'UDF François Bayrou et le ministre des Affaires étrangères Michel Barnier.

Il a participé à un nombre important de conférences, dont certaines où il a été fraichement accueilli. Les Verts français ont refusé de le faire participer à leurs campagne sur le référendum, estimant que leur "oui" de raison, obtenu à une faible majorité, très critique sur le fond du traité européen et qui rejettait sa partie III, économiquement trop libérale à leur yeux, n'était pas le même que celui de Daniel Cohn-Bendit qui participait à réunions publiques aux cotés des représentants de la droite française.

Lors de la législature 2004-2009, Daniel Cohn-Bendit a été présent à près de 93 % des sessions du Parlement européen (278 jours sur 299). Plus de 96 % des votes enregistrés (4 283 sur 4 400) concordent avec le vote majoritaire de son groupe parlementaire, dont il est le président, Groupe des Verts/Alliance libre européenne.

En juin 2009, il se présente aux élections européennes en France, au sein de la liste Europe Écologie, qui rassemble les Verts et des personnalités proches des idées écologistes, notamment Malika Benarab-Attou, Jean-Paul Besset, Eva Joly, Cécile Duflot, José Bové, Yannick Jadot, Michèle Rivasi. Il est en tête de la liste Europe Écologie pour la circonscription Île-de-France, l'ancienne magistrate Eva Joly y figurant en deuxième position.

Dans sa circonscription, Daniel Cohn-Bendit et Europe Écologie réalisent 20,86 %, ce qui place sa liste en seconde position, derrière l'UMP mais largement devant le Parti socialiste.

En août 2009, Daniel Cohn-Bendit affirme qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle française de 2012 .

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.151s