Didier Daeninckx life and biography

Didier Daeninckx picture, image, poster

Didier Daeninckx biography

Date of birth : 1949-04-27
Date of death : -
Birthplace : Saint-Denis, France
Nationality : Française
Category : Famous Figures
Last modified : 2010-09-27
Credited as : Ecrivain de nouvelles et d'essais, Mort au premier tour (roman 1977), Prix Paul Féval de Litterature Populaire 1994

0 votes so far

Didier Daeninckx, né le 27 avril 1949 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) est un écrivain français, auteur de romans noirs, de nouvelles et d'essais.

Il a exercé de 1966 à 1977 le métier d'ouvrier imprimeur. En 1977, les imprimeries ferment les unes après les autres. C'est la crise. Didier Daeninckx se retrouve plusieurs fois au chômage. Il profite du temps qu'il a pour écrire.

En 1977 Didier Daeninckx publie donc son premier roman noir. Il s'agit de Mort au premier tour qui annonce déjà ses œuvres ultérieures. La première enquête de l'inspecteur Cadin se déroule dans la banlieue de Strasbourg. Puis sept ans de silence. Sept ans pendant lesquels Didier Daeninckx mûrit son projet d'écriture.

En 1984, il publie Meurtres pour mémoire dans la " Série Noire " de Gallimard. Didier Daeninckx y dénonce l'amnésie collective qui frappe la société française en rappelant un épisode de la guerre d'Algérie : la manifestation du 17 juin 1961 à Paris. La répression policière avait fait ce jour là des centaines de morts parmi les Français-Musulmans venus protester pacifiquement contre le couvre-feu imposé par le gouvernement.

Dans Le Der des ders (1984) Didier Daeninckx fait le procès du militarisme assassin et met en scène un groupe d'anarchistes. Cette histoire a été adaptée en BD par Tardi. Pour La Mort n'oublie personne (1989), il s'attaque au sujet de l'épuration.

Avec Cannibale (1999), il réveille le souvenir des « zoos humains » de la IIIe République, en racontant l'histoire des Kanaks exposés comme des animaux dans un zoo lors de l'exposition coloniale de 1931. Il dit s'être intéressé à la Nouvelle-Calédonie à la mort du leader indépendantiste Eloi Machoro. Il revient sur ce thème avec Le Retour d'Ataï (2002) qui évoque la revendication du peuple kanak de voir revenir au pays la tête du grand chef Ataïe.

Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Louis Guilloux, Grand prix de littérature policière, Prix Goncourt du livre de jeunesse...), et en 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son œuvre.

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.179s