Eddy Marnay life and biography

Eddy Marnay picture, image, poster

Eddy Marnay biography

Date of birth : 1920-12-18
Date of death : 2003-01-03
Birthplace : Alger, Algérie
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-03-01
Credited as : chanteur et parolier , Grand Prix du Concours Eurovision de la chanson pour Un jour, un enfant par Frida Boccara, Grand prix de la chanson au festival Yamaha de Tokyo en 1982

0 votes so far

Eddy Marnay, de son vrai nom Edmond Bacri, né à Alger le 18 décembre 1920 et décédé le 3 janvier 2003 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est un chanteur et parolier français.

Sa jeunesse est marquée par la pauvreté, ainsi que l’exil. En 1937, il arrive à Paris.
Le jeune homme devient journaliste, puis scénariste. Il fréquente également le milieu du cinéma, puisqu’il exerce pendant un temps le métier d’assistant metteur en scène. En 1948, il rencontre Léo Ferré au Quod Libet, un petit cabaret de Paris. Ensemble, ils signent pour Édith Piaf Les amants de Paris. Cette dernière chantera plus tard, du même auteur Exodus (1961).

Parmi les premiers interprètes d’Eddy Marnay, figure Henri Salvador (Si jolie, 1949), Jean Sablon (Le manège aux souvenirs, 1953), Renée Lebas (Tire l’aiguille, 1951, Complainte de Paris), Jacques Hélian (À Pâques ou à la trinité, 1952), Luis Mariano (Par de là) et Yves Montand (Le cocher du fiacre, 1951, Planter café, 1958, Ma péniche).

Bientôt, les grandes vedettes de la chanson des années cinquante mettent les chansons de l’auteur sur la route du succès : Eddie Constantine (Mon ami, réveille-toi, La fille des bois), John William (Le jour le plus long, Le voyageur sans étoile, La rose des sables), Anny Gould (L’hirondelle du printemps, 1955), Colette Renard (Qu’elle est belle, 1955), Juliette Gréco (L’or) ou Lucienne Delyle (Java, 1956), par exemple.

En 1956, avec Que sera sera, chanson que crée par Jacqueline François, mais aussi interprétée par Georges Guétary, (1957) l’auteur remporte un vif succès. La chanteuse mettra son talent d’interprète à contribution également dans Chiens perdus sans collier (1955), Notre samba (1963) et La valse des lilas (1962), cette dernière ayant été composé par Michel Legrand.

La valse des lilas est la première chanson issue d’une riche collaboration entre Eddy Marnay et Michel Legrand. Au fil des ans, naîtront des chansons telles que Quand ça balance, Paris violon, Les enfants qui pleurent, Les baladins du siècle d’aujourd’hui etc. Leur plus gros succès, Les moulins de mon coeur, date de 1968. Outre Michel Legrand, la chanson a été interprétée par Frida Boccara, ainsi que Claude François.

Toujours pendant les années cinquante, l’auteur fait ressortir le côté romantique de Bourvil grâce à La ballade irlandaise (1959). Jusqu’ici l’interprète était cantonner à une image de comique. Bourvil enregistrera également Les printemps d’aujourd’hui. Par ailleurs, entre 1957 et 1960, le parolier enregistre quelques 45 tours. Cependant, Eddy Marnay préfère poursuivre sa carrière d’auteur plutôt que de devenir interprète.

Au début des années soixante, époque de grands bouleversements, de nouveaux interprètes font leur entrée dans le monde de la chanson. L’auteur écrira pour certains d’entre eux, comme par exemple Rika Zaraï (L’olivier, 1960, Luciana, Judith) ou Colette Deréal (Un clown dans mon coeur). Les artistes yéyés figurent également parmi les interprètes d’Eddy, comme en témoignent Richard Anthony (Fait pour s’aimer, 1962, La fille d’Ipanema, En passant la frontière, 1969, Je n’ai que toi, 1976) ou bien encore France Gall (L’Amérique, 1965).
Franck Fernandel, fils de Fernandel, réussit à se faire un nom grâce au succès retentissant de Les yeux d’un ange, en 1965. Du même auteur, figure au répertoire de l’artiste Une marionette (1964), Bonjour Marie (1966), Je ne pourrai jamais vivre sans toi et Même. Issu de la même vague, Guy Mardel interprète Aujourd’hui, C’est une larme et Quand on me parle de Paris (1969).

En 1966, Nana Mouskouri enregistre Le jour où la colombe et La dernière rose de l’été. Eddy Marnay lui écrira, au fil des ans, plusieurs grands succès dont Le coeur trop tendre (1966), Au coeur de septembre (1967), Coucouroucoucou Paloma (1968), En partant (1971) et Vivre au soleil (1979). Autre grande interprète de l’auteur, Marie Laforêt obtiendra le succès grâce à Ah! Dîtes dîtes (1965), Mon amour, mon ami (1967), Ivan, Boris et moi (1967), Tom (1967), Sébastien (1967), Le lit de Lola (1968), Manchester et Liverpool (1966) et Je n’ai rien appris (1969), entre autres.

Parmi les autres interprètes de l’après-yéyé il faut citer Jacqueline Dulac (Ceux de Varsovie, 1966), Téréza (En suivant l’étoile, Les enfants de chez moi, Ce matin-là, 1967), Françoise Hardy (La maison où j’ai grandi, 1966, Où va la chance, 1968, Les doigts dans la porte, 1969), Rachel (Tililoy, 1968) et Vicky Léandros (Le temps des fleurs, 1967, Un homme est venu).

À la charnière des années soixante et soixante-dix, les interprètes de l’auteur se multiplie, ainsi que sa renommée : Mathé Altéry (L’île nue, 1968, La fille d’Ipanéma, 1968, Dis-le), Marcel Amont (Les moulins de mon coeur, 1969, La demande en mariage), Dalida (Le temps des fleurs, 1968), Régine (Patchouli chinchila, 1968, Azzuro, 1969, Papa, 1969, Goodbye, 1969, Il a vingt ans), Hervé Vilard (Le dernier voyageur, 1969, Amore caro, amore bello, 1971, Ma chanson de liberté) etc.

En 1969, Eddy Marnay remporte le premier prix au grand concours Eurovision avec Un jour un enfant, interprété par Frida Boccara. Cette victoire est la consécration d’une longue collaboration entre l’auteur est la chanteuse. En effet, presque toutes les chansons du répertoire de Frida porteront la signature d’Eddy Marnay : Cherbourg avait raison (1961), Chaud dans mon coeur (1964), Tous les enfants (1965), L’enfant aux cymbales (1969, aussi par Les compagnons de la chanson), Les moulins de mon coeur (1969), Johnny jambe de bois (1969), Venise va mourir (1971), Pour vivre ensemble (1972), Trop jeune ou trop vieux (1972), Cent mille chansons (1968), La croix, l’étoile et le croissant (1972), L’année où Picolli (1978) etc.

Pendant les années soixante-dix, le parolier signe des chansons pour Gilles Marchal (L’étranger dans la ville, 1970, Je m’en vais dans un avion), Michèle Torr (Un homme dans ma vie, 1970), Enrico Macias (Tous les hommes se ressemblent, 1969, Mammy o ma mère, 1969, On s’embrasse et on oublie, 1974), Séverine (Mon tendre amour, Manège, 1972) et Serge Reggiani (Ma fille, 1971, Le premier amour du monde, 1972, La maison qui n’existe plus, 1972).

Pour l’auteur, les années soixante-dix seront aussi les années Claude François et Mireille Mathieu. Pour le premier, il écrit Fleur sauvage (1970), Le monde est grand, les gens sont beaux (1970), Stop au nom de l’amour (1971), Il fait beau, il fait bon (1971), Sha la la (Hier est près de moi) (1973), Le mal aimé (1974), Toute ma vie je chanterai pour toi (1974), Toi et moi contre le monde entier (1975), Le spectacle est terminé (1975), Cette année-là (1976), Je vais à Rio (1977) etc.

Tant qu’à Mireille Mathieu, elle interprète avec succès Toi et moi (1970), Tous les enfants chantent avec moi (1975), Mille colombes (1977), Santa Maria de la mer (1978), Une femme amoureuse (1980), Il a neigé sur Mykonos (1981), Nos souvenirs (1982), La Paloma revient (1983), ainsi que bien d’autres titres.

Dans la même décennie, Nicole Croisille (Tu m’avais dit, 1975, Il y a, 1975, C’est ma vie, 1978), Nicoletta (De minuit à six heures du matin, Les fleurs ne meurent pas), Nicole Rieu (Le ciel est ici), Shake (Dis pourquoi) et Anne-Marie David (Je suis l’enfant-soleil, 1979, chanson avec laquelle l’auteur participe de nouveau l’Eurovision) enregistrent des chansons du célèbre parolier.

En 1979, lors d’un congrès des Francofolies de Spa, en Belgique, il rencontre Suzanne-Mia Dumont, une québécoise qui deviendra son amoureuse. Il découvre alors Céline Dion et lui écrit ses premières chansons : D’amour ou d’amitié (1982), Tellement j’ai d’amour pour toi (1982), Mon ami m’a quitté (1983), Du soleil au coeur (1983) etc. Ce n’est pas la première fois qu’Eddy Marnay écrit pour des artistes québécois, puisqu’en 1969, Renée Martel avait obtenu un de ses plus grands succès avec Liverpool.

Après avoir écrit pour Marc Gabriel Jérusalem, que le chanteur interprète avec Véronique Béliveau, en 1988, Eddy Marnay amorce une belle collaboration avec Mario Pelchat. Ce dernier renouvelle son succès grâce aux chansons du parolier : Quand y croit (1990), Pleurs dans la pluie (1993), Perdu l’envie d’aimer (1993), Le bleu du ciel (1995) et C’est la vie (1995), entre autres.

Parmi les autres interprètes québécois de l’auteur, il faut également citer Diane Juster (Aimer en secret, Faut-il donc vivre seule, Même si, Se faire l’amour, Tu as laissé passer l’amour), Pierre Sénécal (Vivant, 2002, dernière chanson inédite de l’auteur à avoir été enregistrée) et Marie-Denise Pelletier (un album de reprises en 2003).

Distinctions

1951 : Grand prix du Disque pour Le Cocher de fiacre par Yves Montand.
1961 : Le Coq d'Or de la chanson française pour Le Voyageur sans étoile par John William.
1967 : La Rose d'Or d'Antibes pour Ceux de Varsovie par Jacqueline Dulac.
1969 : Grand Prix du Concours Eurovision de la chanson pour Un jour, un enfant par Frida Boccara.
1969 : Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros pour le 33 tours Un jour, un enfant qu'il coproduit et dont il signe tous les textes des chansons interprétées par Frida Boccara.
1982 : Grand prix de la chanson au festival Yamaha de Tokyo pour Tellement j'ai d'amour pour toi, musique d'Hubert Giraud, par Céline Dion.
1985 : Grand prix SACEM de la chanson française pour l'ensemble de son œuvre.



Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.114s