Florence Véran life and biography

Florence Véran picture, image, poster

Florence Véran biography

Date of birth : -
Date of death : 2006-07-19
Birthplace : Paris, France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-03-03
Credited as : compositrice , chanteuse , chansons:Je hais les dimanches-Charles Aznavour, Amour, enfants et mandoline-Tino Rossi

0 votes so far

Florence Véran, de son vrai nom Éliane Meyer, née en 1922 à Paris et morte le 19 juillet 2006, était une compositrice et une chanteuse française.
Son père, un hôtelier de la région Blois, l’inscrit au conservatoire. La jeune fille, qui deviendra plus tard Florence Véran, se destine alors à une carrière de concertiste classique. Mais le destin voudra les choses autrement.

Grâce à son mari, le chanteur et comédien Marcel Véran, elle se met à composer des chansons et rencontre Rachel Thoreau, auteur et éditrice. Lucienne Delyle et Dany Dauberson enregistre, en 1949, une des premières chansons de la jeune débutante, intitulée Panama. Cependant, le succès vient l’année suivante avec André Claveau et Gigi. Cette chanson sera reprise par plusieurs autres interprètes, dont Tohama.

Grâce à l’éditeur Raoul Breton, cette fois, elle entre dans le cercle des intimes de Piaf. Cette dernière interprète Margot cœur gros, Les amants merveilleux, Traquée et Monsieur incognito. Avec Charles Aznavour, qui fait lui aussi partie de l’univers de la grande dame de la chanson, Florence Véran crée Je hais les dimanches. Même si Édith Piaf a enregistré la chanson, c’est Juliette Gréco qui en fera un succès, en 1952. Par ailleurs, Juliette Gréco interprétera en 1958, L’amour est un péché (aussi chanté par André Dassary) et, en 1968, Le roi misère.

Toujours pour Charles Aznavour, elle compose la musique d’une chanson intitulée Le noyé assassiné. Philippe Clay, qui l’enregistre, en 1954, en fait un succès. Parmi les interprètes d’alors, Renée Lebas figure en bonne place. Elle chante Pour rien au monde (1951), On m’a donné une âme (1953, reprise par Mouloudji) et Bal de nuit.

Les interprètes féminines sont très nombreuses dans le répertoire de Florence Véran : Michèle Arnaud (Les mots, 1958), Maria Candido (La canzonetta, 1957), Dany Dauberson (Ma ville, 1949, Un air d’autrefois, 1949, Les mots, 1956), Lucienne Delyle (Ça te va bien, 1958, Fleur de mon coeur, 1957), Jacqueline François (Paris la nuit, 1950, Toi), Lisette Jambel (Quand on est petite main, 1951), Annie Cordy (As-tu vu la souris, Depuis qu’elle travaille, 1970).

Parmi ces femmes, il faut encore citer Patachou, qui interprète de nombreuses chansons de la compositrice dont On m’a volé tout ça (1954), Mon petit Français (1958), Ça te va bien (1958), Les innocents (1959) et L’impossible amour (1962). Les hommes ne sont pas en reste. Outre Mouloudji et On m’a donné une âme (1953), il faut citer Jacques Pills (C’est ça la musique, 1956) et Tino Rossi (Amour, enfants et mandoline, 1958).

Parallèlement à sa carrière de compositrice, Florence Véran enregistre plusieurs disques et monte même sur scène. D’abord à l’Olympia avec Lionel Hampton, puis à Bobino avec les Frères Jacques. Elle remplace également Jacqueline Joubert, à la télévision, dans La joie de vivre. Elle se souvient y avoir interprété Nini peau de chien, célèbre chanson d’Aristide Bruant.


Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.189s