Francis Lemarque life and biography

Francis Lemarque picture, image, poster

Francis Lemarque biography

Date of birth : 1917-11-25
Date of death : 2002-04-20
Birthplace : Paris, France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-02-08
Credited as : chanteur , chansons:Ma Douce vallée,Bal petit bal, prix Charles-Cros , 1951

0 votes so far

Francis Lemarque, de son vrai nom Nathan Korb, chanteur français, né à Paris le 25 novembre 1917 et décédé le 20 avril 2002 à La Varenne-Saint-Hilaire.

Ses parents, Juifs, sont tous deux arrivés en France quelques années auparavant pour fuir les pogroms d'Europe de l'Est. Sa mère Rose est originaire de Lituanie et son père, Joseph, tailleur pour dames, est polonais. Nathan grandit dans le quartier de la Bastille, où se mélangent alors des communautés juive et auvergnate dans une ambiance conviviale, le tout au son des innombrables bals musettes qui égrènent le quartier.

En 1933, son père Joseph meurt de tuberculose à 41 ans. Alors adolescent, Nathan s'intéresse de plus en plus à la musique. Les bals musettes et leurs orchestres le fascinent. Vers 1934, Nathan et son frère intègrent le groupe Mars, lui-même issu du groupe Octobre, groupes affiliés à la Fédération des Théâtres ouvriers de France.
Au sein de ce groupe qui développe une culture d'avant-garde, les frères Korb créent un duo qu'ils nomment les Frères Marc, sur les conseils de Louis Aragon. En 1936, avec le Front populaire, le duo trouve l'occasion de chanter dans les usines et tous les lieux où la lutte ouvrière est en action.
Forts d'une certaine notoriété, ils font la connaissance de Jacques Prévert avec lequel Nathan/Francis devient très ami. Celui-ci les met en relation avec Joseph Kosma, célèbre compositeur entre autres de "les Feuilles mortes", qui est un temps leur pianiste.
Avec l'arrivée de la guerre, la vie devient tout de suite plus difficile surtout pour une famille juive. Nathan est mobilisé et affecté à des activités musico-théâtrales de l'armée. En 1940, il passe en zone libre et s'installe à Marseille. C'est là qu'il rencontre Jacques Canetti, agent artistique, qui l'aide à continuer en solo sa carrière de chanteur sous le nom de Francis Lemarque.
Il fait quelques tournées en Afrique du Nord dont une semaine de récitals avec le guitariste gitan Django Reinhardt. Mais suite à la déportation de sa mère, il entre dans la Résistance. Sous le nom de Mathieu Horbet, il est arrêté et emprisonné quelques mois puis devient le Lieutenant Marc au sein d'un réseau de résistants.

A la fin de la guerre, Francis revient à Paris. Il fréquente assidûment le quartier de Saint-Germain-des-Prés où la vie littéraire et musicale est en pleine explosion. Toujours convaincu de vouloir chanter, il vit cependant de petits boulots à défaut d'engagements lucratifs. Il chante dans quelques cabarets parisiens dont la Rose Rouge ou l'Echelle de Jacob, et en tant qu'acteur, il joue sur de petites scènes, le Théâtre de l'Humour ou le Théâtre de Poche.
Mais l'année 1946 va bousculer sa vie personnelle et professionnelle. D'une part il rencontre Ginny Richès qui deviendra son épouse en 1948. D'autre part, il voit pour la première fois Yves Montand sur une scène parisienne. Le jeune chanteur d'origine italienne, protégé de Piaf est en train de devenir une immense vedette.

Son style unique et ses interprétations des chansons de Prévert, bouleversent le jeune Francis. Sa motivation d'auteur n'en est que décuplée et il se met à écrire en pensant à lui. Mais très vite, il ne se sent pas à la hauteur d'un tel talent et veut tout arrêter. Il faudra l'intervention de Jacques Prévert qui présente Francis à son idole, Montand. Ce dernier séduit par ses compositions lui commande immédiatement des titres. Dès la fin des années 40, il chante "Ma Douce vallée", "Bal petit bal" ou "C'est à l'ombre". Leur collaboration durera de longues années et atteindra son summum avec le titre "A Paris".

En 1949, Francis Lemarque est désormais un auteur reconnu et un interprète timide qui sort ses premiers disques, deux 78 tours, sur le label de Jacques Canetti qui a su le convaincre de rechanter. Excellente initiative puisque Lemarque, le chanteur, connaît un vrai succès. Dès 1951, il obtient son premier prix Charles-Cros.

Après une pause forcée en 1952 pour cause de maladie, sa carrière reprend de plus belle en 1954. Il entreprend de nombreuses tournées, essentiellement dans des pays communistes. En 54, il visite la Chine et l'URSS, en 55 la Pologne, en 58 la Corée du Nord. Les succès s'enchaînent de la même façon avec "Quand un soldat", un titre pacifiste, en 53 ou "le Petit cordonnier" en 54. On le voit dans de nombreux galas de soutien au parti communiste mais jamais il n'adhérera au parti.
Dans son répertoire, Lemarque décrit Paris et ses quartiers populaires, le monde des guinguettes et des voyous. Il chante aussi l'amour et un certain romantisme bucolique. Mais il sait avoir une plume plus engagée. En 1958, il monte sur la scène de l'Olympia pendant cinq semaines et prouve ainsi sa popularité auprès d'un large auditoire.
Au cours des années 50, il se lance également dans l'écriture de musiques de film dont "Mimi Pinson" en 1958. C'est au cours des années 60 qu'il écrira ses plus célèbres : "le Cave se rebiffe" en 61 ou "Maigret voit rouge" en 63, et surtout "Playtime" de Jacques Tati en 67. Il compose également beaucoup pour la télévision.
En 1960, Francis Lemarque monte sa propre maison d'édition. Déjà à la tête d'un large répertoire, il éditera également les textes d'autres artistes tels Alain Barrière, Serge Lama ou les musiques des films de Jacques Demy, "les Parapluies de Cherbourg", écrite par Michel Legrand.

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.2s