Henin, Justine life and biography

Henin, Justine picture, image, poster

Henin, Justine biography

Date of birth : 1982-06-01
Date of death : -
Birthplace : Liège, Belgique
Nationality : Belge
Category : Sports
Last modified : 2010-04-18
Credited as : Joueuse de tennis belge, ,

0 votes so far

Justine Henin est une joueuse de tennis belge née à Liège (Belgique) le 1er juin 1982. Elle est l'une des joueuses dominantes des années 2003 à 2008 et se construit un palmarès riche de 41 titres grâce à la variété de son jeu dont John McEnroe qualifia le revers à une main de « meilleur revers du monde »

Justine Henin grandit dans la commune de Rochefort. Elle a deux frères aînés (David et Thomas) et une sœur cadette (Sarah). Alors qu'elle n'a que quatre ans, elle s'initie au ping-pong dans la salle de jeu de la maison de La Poste. L'année suivante, elle fait ses premiers pas sur un court de tennis, à proximité de la maison familiale.

L'entraîneur (Gabriel Gonzalez) remarque immédiatement le potentiel de la jeune fille qui, déjà dotée d'une technique perfectionnée, surclasse ses partenaires d'entraînement. Très vite, il entame avec elle des cours particuliers.

Justine Henin passe son premier test officiel en compétition alors qu'elle n'a que six ans et demi.

Formée pendant plus de sept ans par Gabriel Gonzalez, Justine Henin est entraînée, à partir de ses quatorze ans, par le Belgo-Argentin Carlos Rodriguez dont elle ne se séparera plus.

En 1994, elle remporte le Championnat de Belgique dans la catégorie cadets. L'année suivante, le décès de sa mère lui fait traverser une période difficile qu'il lui arrivera, plus tard, d'évoquer régulièrement dans la presse. Elle remporte cependant l'Orange Bowl en 1996 (moins de quatorze ans).

À quinze ans et deux mois, elle gagne Roland-Garros junior en 1997, battant Cara Black en finale. Elle est la première Belge depuis 1947 à décrocher l'épreuve. Ce tournoi et la terre battue deviennent définitivement sa surface de prédilection.

1999 marque les débuts de Justine Henin dans le grand bain des joueuses professionnelles.

Sa toute première expérience sur le circuit WTA, dans un tier IV d'Anvers disputé sur terre battue, est un coup de maître : alors classée 178e mondiale et issue des qualifications, elle remporte l'épreuve en battant la Française Sarah Pitkowski (35e) en finale. Au bénéfice de cette victoire, elle bondit à la 106e place.

Deux semaines plus tard, Henin participe à son premier Grand Chelem, à Roland-Garros. Après s'être extirpée des qualifications sans perdre un set, elle passe le premier tour, puis tombe logiquement face à Lindsay Davenport (numéro deux mondiale), non sans enlever le deuxième set.

La suite de la saison, sur des surfaces plus rapides, s'avère plus difficile. Absente à Wimbledon, elle ne franchit pas le premier tour à l'US Open, battue par Amélie Mauresmo (déjà finaliste cette année-là à l'Open d'Australie). Elle réalise sa meilleure performance en septembre, à l'occasion du tournoi de Luxembourg, où elle s'incline en quarts contre sa compatriote Sabine Appelmans.

À l'issue de l'année, Justine Henin pointe au 69e rang du classement WTA.
2000 voit Justine Henin poursuivre son apprentissage et se forger de l'expérience.

À Open d'Australie, elle perd au deuxième tour contre la numéro un mondiale, Martina Hingis. Des problèmes physiques, récurrents dans sa carrière, l'écartent des terrains pendant la saison de terre battue. Forfait à Roland-Garros, elle échoue au premier tour de Wimbledon contre Arantxa Sánchez, pourtant peu à l'aise sur gazon.

En août, elle franchit une nouvelle étape : pendant la tournée américaine sur dur, elle se qualifie pour le deuxième tour de l'Open du Canada et de New Haven. Ces bons résultats lui permettent d'aborder l'US Open avec confiance. Elle réussit en effet à se hisser en huitièmes de finale (le premier de sa carrière) ; là, elle retrouve Davenport qui la balaye en deux sets.

Bien que n'ayant gagné aucune épreuve, Justine Henin termine 48e mondiale.

Les efforts sur le dur en 2000 payent enfin avec les premiers tournois de l'année gagnés en Australie, Canberra et Gold Coast. Cependant il s'agit de Tiers III, et à l'Open d'Australie, elle échoue à nouveau en huitième face à une autre grande joueuse, Seles, 10e mondiale, au cours d'un match en trois sets serrés. Le reste de sa saison sur dur sera décevant, puisqu'elle sera notamment battue au deuxième tour d'Indian Wells, Tiers 1, par sa compatriote Kim Clijsters.

La saison de terre battue débute également mal, Justine n'arrivant pas même pas en finale sur trois tournois. Mais à Roland-Garros, un tableau dégagé permet à Justine d'arriver en demi-finale. À nouveau face à Kim, elle gagne le premier set puis craque mentalement. Justine enchaine cependant immédiatement avec le tournoi sur herbe de Bois-le-Duc, qu'elle remporte face à Clijsters.

Revigorée, son tableau à Wimbledon est encore une fois favorable jusqu'en demi mais moins à l'aise elle devra quand même batailler deux fois en trois sets, notamment contre Anke Huber. En demi-finale, elle bat Jennifer Capriati, vainqueur des deux premiers tournois du Grand Chelem. En finale, elle se retrouve contre Vénus Williams, la spécialiste du gazon des années 2000: elle perd avec les honneurs en trois sets.

Après ces succès, l'US Open la voit échouer à nouveau sur cette surface en huitième, contre la redoutable Serena Williams, qui ira jusqu'en finale. Elle finit la saison avec deux autres finales sur dur, dont à Filderstadt, un Tiers 2, où Davenport la bat en deux sets.

Au terme de la saison, Justine a gagné des tournois sur toutes les surfaces sauf la terre battue, et elle a atteint la septième place mondiale. Par ailleurs, avec Kim Clijsters, Laurence Courtois et Els Callens, elle offre également la Fed Cup, l'équivalent féminin de la Coupe Davis de tennis, à la Belgique.

La saison sur dur en début de l'année commence par son premier quart de finale à l'Open d'Australie, battue une nouvelle fois par Clijsters. Au Tournoi d'Anvers chez elle, un Tiers 2, bien que sur dur, elle réussit à faire jouer trois sets à Venus Williams.

La saison de terre battue se résume d'abord à des finales Williams- Hénin.En finale de Amelia Island, sur terre battue, elle perd 6-2, 7-6, 7-5, et ce n'est que à l'Open d'Allemagne, un Tiers 1, qu'elle bat Séréna Williams pour la première fois. Elle enchaîne immédiatement sur un troisième tournoi en trois semaines où elle est battue par Séréna en deux sets. Est- ce lié? Souffrante, elle décide en tout cas de participer à Roland-Garros. C'est un désastre: elle perd au premier tour face à Aniko Kapros sur le score de 6-4, 1-6, 0-6.

Mais comme en 2001, elle est rapidement remise pour le gazon et est double demi- finaliste à Bois-le-Duc et Wimbledon, battue ici encore par une Williams en deux sets, après avoir battu Seles pour la première fois en quart de finale.

À l'US Open, elle déçoit en étant éliminée en huitièmes contre Daniela Hantuchová et ne gagnera qu'un deuxième tournoi en fin d'année, le Tournoi de Leipzig, mais sans tête d'affiche.

L'année, peu brillante, se termine cependant avec une nouvelle progression, la cinquième place, dû à sa régularité.

En 2003, Justine se révèle réellement et impose sa domination sur le circuit WTA.

En janvier, lors des huitièmes de finale de l'Open d'Australie, elle s'impose face à Lindsay Davenport en trois sets au terme d'un match épique (7-5, 5-7, 9-7). Bien que leur affrontement ait duré 3h13 dans la fournaise de la Rod Laver Arena, elles n'ont pas battu le record du match le plus long de l'histoire du tennis féminin. C'est la première fois que Justine arrive à prendre l'avantage sur une joueuse qui jusque là avait pu tabler sur son expérience dans les cinq rencontres qui les avaient opposées. L'accès à la finale lui sera cependant barré par Venus Williams.

Le 7 juin 2003, elle soulève son premier trophée du Grand Chelem à la Porte d'Auteuil, le tournoi qui lui tient le plus à cœur, en battant sa compatriote Kim Clijsters. À ses yeux, cette victoire n'est toutefois pas un aboutissement mais une simple étape.

À New York, le 25 août 2003, Justine remporte son deuxième tournoi en Grand Chelem grâce à une nouvelle victoire en finale face à Kim Clijsters. Pour arriver à ce stade, elle a été contrainte de livrer en demi-finale un éprouvant combat à l'Américaine Jennifer Capriati. Elle a fini par s'imposer dans la douleur et en 3h13 lors du troisième set 7-6 (7 points à 4 au tie-break). Dans ce match, qui s'est terminé un peu plus tard que minuit à New York, Capriati s'est retrouvée pas moins de onze fois à 2 points de la victoire. Bien que prise de crampes, Justine ne baissa jamais les bras et refusa de s'incliner. Dans la nuit qui suivit le match, Justine dut être mise sous perfusion. Le 20 elle ponctue sa saison en supplantant Kim Clijsters au rang de numéro un mondiale.

Le 31 janvier 2004, elle ajoute un troisième tournoi du Grand Chelem à son palmarès en remportant l'Open d'Australie, toujours face à Kim Clijsters, en 3 sets. Elle confirme ensuite son statut de numéro un mondiale en s'adjugeant deux autres tournois en février et mars 2004. Lors du tournoi d'Amelia Island, Justine découvre qu'elle souffre d'hypoglycémie et s'incline en demi-finale face à Amélie Mauresmo après s'être battue pendant 3 sets. Des examens médicaux réalisés en Belgique montreront qu'elle a contracté un cytomégalovirus, dont les conséquences feront qu'elle sera écartée des courts pendant plusieurs mois.
Justine décide de revenir sur le circuit au moins d'août, à l'occasion des jeux Olympiques d'été de 2004 et ne rate pas son retour : le 21 août 2004, elle remporte la médaille d'or face à Amélie Mauresmo en finale après avoir remporté une demi-finale difficile - elle était menée 5-1 dans le troisième set - contre la Russe Anastasia Myskina.

Le reste de sa saison sera terne. Toujours minée par la maladie, Justine ne peut éviter au quatrième tour une élimination des mains de Nadia Petrova à l'US Open. Sur les conseils de ses médecins, elle va renoncer à jouer au tennis pour la suite de la saison, en attendant de récupérer entièrement de la maladie qui l'a frappée. Le 12 septembre, elle perd donc sa place de numéro un mondiale.

La saison commence mal, puisque blessée au genou (tendinite), Henin est contrainte à déclarer forfait pour le tournoi de Sydney et l'Open d'Australie.

Ce n'est donc que le 25 mars 2005 que Justine retourne sur le circuit lors du NASDAQ-100 open de Miami. Malgré plus de 6 mois d'inactivité, elle ne s'incline qu'en quarts de finale face à la numéro deux mondiale,Maria Sharapova.

Lors de son deuxième tournoi de l'année, un Tiers 1 à Charleston, elle s'impose sur sa surface la terre battue, grâce notamment à des succès face à la numéro un mondiale Lindsay Davenport, et la tête de série n° 2 et finaliste de Roland-Garros 2004 Elena Dementieva. De fait elle rafle tout sur cette surface, à Varsovie, l'Open d'Allemagne, malgré de nombreux matchs en trois sets (8 matchs sur 17). Mais cette année Justine a eu l'intelligence d'espacer ses tournois : c'en est terminé des années marathons, une philosophie qu'elle gardera sienne pour se préserver de ses trop nombreux pépins.

À Roland-Garros, tête de série n° 10, Justine hérite d'un tableau délicat, où elle est notamment opposée aux espagnoles spécialistes de la terre battue Conchita Martinez, Virginia Ruano Pascual, Anabel Medina Garrigues. Cela donne deux nouveaux matchs en trois sets. Face à Svetlana Kuznetsova, sa plus dangereuse rivale sur cette surface, Justine sauve deux balles de match et finit par s'imposer en 3 manches après 3h15. Mise en confiance, elle bat facilement Nadia Petrova en demi-finale et le 4 juin 2005, elle ajoute une deuxième fois son nom au palmarès des vainqueurs de Roland-Garros en battant Mary Pierce en finale par un score sans appel de 6-1, 6-1.

Blessée depuis plusieurs mois aux ischio-jambiers, elle fait l'impasse sur le tournoi de gazon préparatoire d'Eastbourne, puis est battue au premier tour du Wimbledon, sa série de 24 matches sans défaite prenant face à la Grecque Eleni Daniilidou (6-7, 6-2, 5-7). Elle décide ensuite de déclarer forfait pour le tournoi de San Diego.

En août, elle retourne sur le circuit à Toronto, un Tiers 1, en tant que quatrième tête de série de l'épreuve, et atteint la finale mais devra s'incliner face à la future vainqueur de l'US Open, Kim Clijsters (5-7, 1-6).

En septembre, Justine est désignée tête de série n° 7 à l'US Open. Tout va bien jusqu'en huitième de finale de l'US Open où elle retrouve celle qu'elle avait battu à Rolland, Mary Pierce, qui la domine (3-6, 4-6). Toujours en septembre, elle est contrainte de déclarer forfait pour le tournoi de Luxembourg, souffrant toujours des ischio-jambiers.

S'ensuit une période de repos et d'entraînement, suivie par une reprise de la compétition en octobre, au tournoi indoor allemand de Filderstadt où elle perd au second tour face à Flavia Pennetta (4-6 3-6). Après cette contre-performance, elle jette l'éponge sur les tournois de Zurich et de Linz et met un terme à sa saison 2005 le 31 octobre sans participer (bien que mathématiquement qualifiée) aux Masters, épreuve finale ponctuant le calendrier féminin où les 8 meilleures du monde s'affrontent pour le titre.

Le bilan de l'année 2005 est de 34 victoires pour 5 défaites, un tournoi du Grand Chelem, une médaille d'or aux JO, deux tournois Tiers 1 et une huitième place mondiale, un bon bilan malgré des blessures. Les journalistes américains de Tennis Magazine ont élu Justine Henin au 31e rang des "quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années" (hommes & femmes confondus), derrière Arthur Ashe (30e) et devant Tracy Austin (32e).

Justine débute la saison à Sydney, tournoi préparatoire au cours duquel elle élimine successivement Martina Hingis au premier tour (6-3, 6-3) et Vera Dushevina au second, bénéficie du forfait de Nadia Petrova au 3e et bat Svetlana Kuznetsova en demi-finale. Elle remporte le tournoi après un match de près de 3 heures contre l'Italienne Francesca Schiavone.

En janvier 2006 à l'Open d'Australie Justine, tête de série numéro 8, s’incline en finale face à Amélie Mauresmo: elle abandonne dans le deuxième set alors qu’elle était menée 6-1, 2-0, se plaignant de problèmes gastriques, probablement causés par la prise trop importante d'anti-inflammatoires pour lutter contre des douleurs récurrentes à l'épaule droite. Cet abandon a été l'objet de controverses, notamment dans la presse anglo-saxonne, et en particulier australienne. Il s’agit par ailleurs là de la première défaite de Justine en finale d’un tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon 2001, où elle s’était inclinée face à Venus Williams.

Trois semaines après, elle est à Dubaï et pour la 3e fois en autant de participations, Justine le remporte face à Maria Sharapova et s'adjuge ainsi le 25e titre de sa carrière. Cette nouvelle victoire lui permet de grimper d'une place au classement WTA lors de sa parution le lundi 27 février. Justine compte désormais 12 victoires consécutives à Dubaï. Désignée tête de série numéro un à Indian Wells, Justine élimine aisément la Bulgare Tszvetana Pironkova (qui avait vaincu Venus Williams à l'Open d'Australie), Ai Sugiyama et Gisela Dulko, mais est battue en trois sets par Elena Dementieva en demi-finale.

Malgré une gêne au genou et des douleurs dorsales, elle participe à l'Open de Miami, mais est battue au deuxième tour par Meghann Shaughnessy. À Charleston, Justine s'incline en demi-finale du tournoi qu'elle avait remporté en 2003 et 2005. Alors 3e joueuse mondiale et 1re tête de série, « Juju » s'est inclinée 2-6, 6-3, 6-2 en 1h46 face à Patty Schnyder, qui a ainsi mis un terme à une série de 27 succès d'affilée de Justine sur terre battue.

Pour son retour en Fed Cup à Liège, Justine s'impose face à Nadia Petrova au cours d’un match de près de trois heures (6-7, 6-4, 6-3) et remporte le tournoi le lendemain, en battant Elena Dementieva (6-2, 6-0 en 1 heure et 11 minutes de jeu).

Justine décide ensuite de ne pas aller à Varsovie et reprend la compétition à Berlin où elle échoue en finale face à Nadia Petrova en 3 sets.

C'est en tant que 5e tête de série que Justine aborde Roland-Garros. Elle passe sans encombre les 3 premiers tours, se défait d'Anastasia Myskina en 2 sets puis de Anna-Lena Groenefeld. En demi-finale, elle affronte Kim Clijsters. Présenté comme une finale avant la lettre, le match déçoit quelque peu et Justine l'emporte 6-3, 6-2. Le samedi 10 juin 2006, Justine remporte son troisième titre à Roland-Garros en battant la Russe Svetlana Kuznetsova 6-4, 6-4. Le 24 juin 2006, Justine décroche le 27e titre de sa carrière en battant Anastasia Myskina en finale du tournoi de Eastbourne sur le score de 4-6, 6-1 et 7-6 (5).

Tête de série numéro 3 à Wimbledon, elle s'incline en finale face à Amélie Mauresmo 6-2, 3-6, 4-6. Justine déclare ensuite forfait pour les demi-finales de la Fed Cup contre les États-Unis et pour le tournoi de Montréal en raison d'une blessure au genou. Elle reprend la compétition à New Haven où elle bat Garrigues, Santangelo, Kuznetsova pour atteindre la finale. Elle y affronte l'Américaine Lindsay Davenport, contrainte d'abandonner à cause de douleurs persistantes à l'épaule droite. Grâce à ce 5e titre de la saison, Justine gagne une place au classement WTA et occupe la deuxième place derrière Amélie Mauresmo.

Désignée tête de série n° 2 à l'US Open, Justine arrive pour la quatrième fois de l'année en finale d'un Grand Chelem grâce à des victoires sur Camerin, King, Sugiyama, Peer, Davenport et Jelena Janković. Elle est battue en finale par Maria Sharapova (4-6, 6-4, 6-4).

Aux Masters, à Madrid, malgré des soucis physiques, Justine termine néanmoins deuxième de son groupe qualificatif et bat Maria Sharapova en demi-finale (6-2, 7-6). En finale, elle s'impose face à Amélie Mauresmo (6-4, 6-3) et remporte pour la première fois les Masters. Elle termine la saison en retrouvant le titre de n° 1 mondiale qu'elle avait abandonnée en septembre 2004. Seul le titre à Wimbledon manque encore à son palmarès. Lors de cette saison 2006, Justine a engrangé 4 204 810 de dollars en prize money.

Le 14 décembre 2006, Justine a reçu à Roland-Garros une nouvelle distinction, celle de championne de l'Unesco, qui lui a été remise des mains de Koïchiro Matsuura, directeur général de l'organisation. Justine est la première femme à être ainsi distinguée, elle rejoint des sportifs prestigieux, tels que le judoka David Douillet, le pilote de Formule Un Michael Schumacher ou le perchiste Sergueï Boubka.

Sa saison 2007 commence par un forfait pour sa tournée australienne, justifié dans un communiqué de presse laconique, faisant état de « raisons familiales et personnelles » (ce faisant, la joueuse Belge renonce aux points WTA acquis à Sydney et Melbourne l'année précédente, mettant ainsi sérieusement en péril son rang de numéro un).

La presse évoque immédiatement des problèmes conjugaux, ce qui sera confirmé le 23 janvier 2007, lorsque Justine annonce sa séparation d'avec son mari (Pierre-Yves Hardenne). Ce forfait lui vaut la perte de la place de n° 1 mondiale au profit de Maria Sharapova.

Justine reprend la compétition à l'Open Gaz de France à Paris où elle atteint les demi-finales où elle est battue par Lucie Šafářová 7-6, 6-4. Durant ce tournoi, elle pratique un jeu au filet qui déstabilise ses adversaires. La semaine suivante, Justine a décroché la 30e victoire de sa carrière (en 45 finales) en remportant le tournoi de tennis de Dubaï aux Émirats arabes unis. Numéro 2 mondiale et première tête de série, elle y a battu en finale la Française Amélie Mauresmo en deux manches et 1 heure 41 de jeu. Déjà victorieuse en 2003, 2004 et 2006, Justine remporte ainsi le tournoi de Dubaï pour la quatrième fois où elle y est invaincue en 16 rencontres. La semaine suivante, Justine enchaîne avec le tournoi de Doha, où elle remporte la finale du tournoi face à Svetlana Kuznetsova. Ce succès lui rapporte quelque 222 000 dollars US. Elle dépasse désormais la barre des 14 millions de dollars de gain en carrière. La Belge qui disputait sa 46e finale décroche son 2e titre en 2007, une semaine après son succès à Dubaï.

Justine reprend la place de n°1 mondiale à la russe Maria Sharapova à l'issue du tournoi d'Indian Wells. A Miami, épreuve sur surface dure dotée de 3,45 millions de dollars, elle s'incline en finale et en trois sets (0-6, 7-5, 6-3) face à Serena Williams en 3 sets, alors qu'elle a disposé de deux balles de match en menant 6-0, 5-4, 40-15. Souffrant de problèmes respiratoires depuis son arrivée à Miami, elle ne participe pas au tournoi de Charleston et rentre en Europe pour se soigner.

Elle effectue sa rentrée sur terre battue au tournoi de Varsovie, dont elle remporte la finale face à l'Ukrainienne Alona Bondarenko (6-1 et 6-3, en 1 heure de jeu). À Berlin par contre, elle est éliminée en demi-finale (3 sets 6-4, 5-7, 6-4) par Svetlana Kuznetsova, joueuse qu'elle a déjà battu 14 fois en 15 confrontations.

Favorite à Roland-Garros, Justine élimine successivement Elena Vesnina (6-4, 6-3), Tamira Paszek (7-5, 6-1) et Mara Santangelo (6-2, 6-3), puis Sybille Bammer (6-2, 6-4) en huitièmes de finale, Serena Williams (6-4, 6-3) en quart de finale, la Serbe Jelena Janković en demi-finale (6-2, 6-2) et la Serbe Ana Ivanović en finale (6-1, 6-2), au terme d'un match qui a à peine dépassé une heure de jeu.

Elle remporte ainsi ce tournoi pour la quatrième fois et pour la troisième fois d'affilée; performance seulement égalée sous l'ère Open par Monica Seles en 1990-1992. Henin devient ainsi la 5e joueuse depuis 1925 à décrocher 4 victoires ou plus à Roland-Garros, restant toutefois à bonne distance de l'Américaine Chris Evert, qui en compte sept à son actif.

À Wimbledon, Henin passe aisément la première semaine de tournoi, et bat en quart de finale Serena Williams (6-4, 3-6, 6-3), mais échoue à nouveau à remporter le seul tournoi du Grand Chelem qui manque encore à son palmarès en se faisant battre par la Française Marion Bartoli, 19e mondiale, en trois sets (1-6, 7-5 et 6-1).

Forfait pour le tournoi de San Diego en raison d'une entorse au poignet, elle remporte le sixième titre de sa saison et le 35e de sa carrière au tournoi de Toronto, en battant pour la septième fois sur sept Jelena Janković (7-6, 7-5) en 2 h 18.

Elle remporte ensuite l'US Open contre Svetlana Kuznetsova (6-1, 6-3) sans avoir perdu un seul set, et en ayant battu les soeurs Williams, respectivement en quart (Serena) et en demi-finale (Venus).

Un mois plus tard, Justine remporte le tournoi de Stuttgart face à Tatiana Golovin, et deux semaines plus tard, le tournoi de Zurich face à la Française Tatiana Golovin, 18e mondiale.

En novembre, à l'issue du tirage au sort des Masters de tennis féminin, Justine, tenante du titre, est placée dans le groupe jaune aux côtés de la lauréate de l'Open d'Australie Serena Williams, de la numéro 3 mondiale Jelena Janković et de la jeune Anna Chakvetadze. Elle ne perd aucun de ses matchs de poules, battant notamment Marion Bartoli (6-0, 6-0), 9ème mondiale, qui avait battu Justine, à Wimbledon. En demi-finales, Justine bat Ana Ivanović en deux sets, et remporte son deuxième Masters consécutif au terme d’un match de 3 heures et 25 minutes face à Maria Sharapova. Cette finale contre Maria Sharapova est considérée comme l'un des plus beaux matchs de l'histoire du tennis féminin.

Le bilan de la saison 2007 est de dix tournois gagnés sur quatorze disputés, dont deux Grand Chelem, à Roland-Garros et à l’US Open, avec 63 victoires, dont les 25 dernières consécutives, et en totalisant 39 titres sur le circuit professionnel. Comme en 2006 et 2003, elle termine l'année avec le statut de meilleure joueuse mondiale, et devient la 6ème joueuse qui règne le plus longtemps à la place de numéro 1 mondiale.

Enfin, le 16 décembre 2007, Justine termine sa saison en remportant la sixième édition du Women Tennis Trophy, un tournoi exhibition organisé autour d'elle, au Spiroudôme de Charleroi. Pour son dernier match de l'année, la Belge s'est imposée en deux manches (6-4, 6-2) face à la Russe Anna Chakvetadze, classée 7ème à la WTA.

La championne belge débute l'année en remportant pour la troisième fois de sa carrière les internationaux de Sydney au terme d'une finale de 2h18 de jeu contre Svetlana Kuznetsova décrochant ainsi le 40e titre de sa carrière et le sixième d'affilée sur le circuit.

À l'Open d'Australie, elle s'incline en quart de finale devant Maria Sharapova interrompant une série de 32 matches sans défaite.

Elle remporte le 17 février 2008 le Tournoi d'Anvers contre Karin Knapp sans parvenir à développer son meilleur tennis.

À Dubaï, elle entame son tournoi par une victoire très difficile face à la Slovène Katarina Srebotnik. Fatiguée par ce match, elle est éliminée en 1/4 de finale, 6-7, 6-7 par une Francesca Schiavone en état de grâce.

Au tournoi de Miami, après un début sans problème, Justine subit la loi de Serena Williams sur un score sans appel : 0-6, 2-6.

Au tournoi de Berlin, elle remporte le 2ème tour sans problème, 6-0, 6-2 contre la 93ème joueuse mondiale avant de s'incliner au 3ème, 7-5, 3-6, 1-6 contre Dinara Safina, 17ème joueuse mondiale.

Le 14 mai 2008, à la surprise générale, Justine Henin annonce lors d'une conférence de presse qu'elle met fin à sa carrière. Depuis la création des classements professionnels, jamais un numéro un mondial en exercice (homme ou femme) n'avait quitté la scène au sommet de la hiérarchie.

Seconde carrière professionnelle

Début décembre, la Belge retrouve le goût de la victoire lors d'une exhibition à Charleroi, en battant sa compatriote Kirsten Flipkens en deux sets (6-4, 6-4), puis Flavia Pennetta, 12e mondiale, sur le même score8. Une semaine plus tard, elle disputait un autre match exhibition au Caire contre Nadia Petrova, 20e mondiale à la WTA, qu'elle a battue en deux sets : 7-64, 6-2.

2010 marque le retour de Justine Henin sur le circuit professionnel. Elle débute sa saison au tournoi de Brisbane (Australie) et se qualifie pour la finale après avoir battu successivement Nadia Petrova, Sesil Karatantcheva, Melinda Czink et Ana Ivanović. Elle finit par s'incliner contre sa compatriote Kim Clijsters, sur le score serré de 3-6, 6-4, 6-76. Dans la foulée, elle déclare forfait pour les Internationaux de Sydney9
Bénéficiant d'une Wild Card à l'Open d'Australie, elle élimine au premier tour sa compatriote Kirsten Flipkens, puis la no 5 mondiale Elena Dementieva (7-5, 7-66) au terme d'un match de 2h50. Elle enchaîne par deux victoires en trois sets face à Alisa Kleybanova et Yanina Wickmayer, puis passe l'obstacle Nadia Petrova en deux sets serrés (7-63, 7-5) en quarts de finale. Dans le dernier carré, elle balaye la Chinoise Zheng Jie (6-1, 6-0) en seulement 51 minutes, et retrouve en finale l'Américaine Serena Williams pour une quatorzième confrontation sur le circuit, mais la première en finale d'un Grand Chelem. Elle s'incline en trois sets (6-4, 2-6, 6-3).
Mi-mars, Justine revient au Open d'Indian Wells 2010 où elle élimine la slovaque Magdalena Rybarikova avant de s'incliner en 3 sets contre l'argentine Gisela Dulko au deuxième tout. Le 24 mars, Justine entame l'Open de Miami 2010, où elle se hisse en demi-finale après un parcours sensationnel, où elle éliminera pas moins de trois joueuses du top 10, dont la numéro 2 mondiale, la Danoise Caroline Wozniacki. Elle s'incline néanmoins en demi-finale face à sa "meilleure ennemie" Kim Clijsters, future vainqueur du tournoi (6-2, 63-7, 7-66). Elle passe à la 23e place mondiale à la fin de la quinzaine Floridienne.

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.168s