Ingres Dominique life and biography

Ingres Dominique picture, image, poster

Ingres Dominique biography

Date of birth : 1780-08-29
Date of death : 1867-01-14
Birthplace : Montauban , France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2010-05-28
Credited as : peintre néo-classique, le musée Ingres,

0 votes so far


Jean-Auguste-Dominique Ingres (29 août 1780 à Montauban - 14 janvier 1867 à Paris) est un peintre français néo-classique.
Son père, lui-même peintre, ne manque pas de remarquer ses penchants artistiques. Il enseigne à son fils la peinture et le piano avant de l’envoyer à l’Académie royale de Toulouse.

Ingres n’a que onze ans et son avenir semble déjà tout tracé. A partir de 1797, il suit les cours du peintre néoclassique Jacques-Louis David. A 21 ans, Les Ambassadeurs d'Agamemnon lui vaut le prix de Rome.
Cependant, Ingres doit attendre 1806 pour rejoindre la Villa Médicis, dans laquelle il séjournera quatre ans. Entre temps, il exerce son art essentiellement en exécutant des portraits.

Arrivé à Rome, il découvre une source d’admiration et d’inspiration dans les œuvres de Raphaël. Pour Ingres, cette période très féconde lui permet d’affermir son style. En 1811, il fait parvenir Jupiter et Thétis à Paris. Sévères, les critiques dissuadent Ingres de revenir en France. Il décide donc de rester à Rome.

En peignant la Grande Odalisque en 1814, il prend le parti de l’esthétique et du style contre le réalisme. Afin d’atteindre un dessin parfait, il allonge le dos de la femme nu, ajoutant trois vertèbres.
Tout comme La Mort de Léonard de Vinci (1817) ou Roger délivrant Angélique (1819), cette toile reçoit un accueil mitigé en France. Le succès tardant et difficultés financières approchant, Ingres se consacre avant tout à l’exécution de commandes.

En 1820, à défaut de rencontrer le succès en France et afin de toujours mieux s’imprégner de la culture italienne, Ingres s’installe à Florence. Cette même année, le gouvernement lui commande le Vœu de Louis XIII.
Il faut quatre ans à Ingres pour honorer cette commande d’Etat et présenter son tableau au Salon de 1824. La critique, au mieux sceptique jusqu’alors, encense le tableau. Cet extraordinaire succès annonce le retour d’Ingres à Paris.
Il installe son atelier à Paris et y forme des peintres tel qu’Hyppolite Flandrin. Au Salon de 1827, l’opposition entre néoclassiques et romantiques trouve son expression dans l’affrontement entre partisan de la Mort de Sardanapale de Delacroix et de l’Apothéose d'Homère d’Ingres. Ce dernier endosse le rôle de chef de file des académiques.

Cependant, après dix ans sans embûches, le succès connaît un coup d’arrêt violent lorsque le Martyre de saint Symphorien se heurte à un mauvais accueil. Piqué, l’artiste décide de repartir en Italie et accepte en 1835 la direction de la Villa Médicis.
Durant ces six années de directorat, il se consacre essentiellement à l’enseignement et au dessin. A Paris, le prestige de son poste palie à son absence et renforce sa position de chef de file des néoclassiques.

De retour en France en 1841, il poursuit la réalisation de portraits tout en consacrant une part de son temps à l’art décoratif. Malheureusement, il ne parviendra pas au terme de ses ambitions pour les fresques du château de Dampierre.
Toutefois le succès ne quitte plus Ingres. La pureté de ses dessins illumine ses toiles, à l'image de la Comtesse d'Haussonville (1845) ou Vénus Anadyomène (1848). En 1862, cinq ans avant sa mort, il réalise avec le Bain Turc un de ses plus beaux tableaux.

Loin de se cantonner à la simple perpétuation de ses pères, Ingres a véritablement contribué au renouvellement de son art. Certaines de ses œuvres n’ont d’ailleurs pas manqué de provoquer un scandale. Degas, Renoir ou encore Picasso ne manqueront pas de souligner l’influence qu’aura exercé sur eux le maître néoclassique.

Dominique Ingres est aussi violoniste et devient, durant un temps, deuxième violon à l’Orchestre du Capitole de Toulouse. De ce hobby naît l’expression « violon d’Ingres ».

À sa mort, Ingres est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris
La ville de Montauban a fait de son ancien atelier le musée Ingres.


Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.093s