Jean-Louis Borloo life and biography

Jean-Louis Borloo picture, image, poster

Jean-Louis Borloo biography

Date of birth : 1951-04-07
Date of death : -
Birthplace : Paris, France
Nationality : Française
Category : Politics
Last modified : 2010-06-16
Credited as : Homme politique, ,

0 votes so far

Jean-Louis Borloo, né le 7 avril 1951 à Paris (15e), est un homme politique français, président du Parti radical et vice-président de l'UMP.
Ministre sans interruption depuis 2002, il est aujourd'hui ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer du gouvernement François Fillon II.

Jean-Louis Borloo mène une scolarité plutôt brillante au lycée Janson de Sailly et commence à se passionner pour la philosophie et l'histoire. Parallèlement à ses études, il assume le poste de chef scout durant de nombreuses années.

En 1972, Jean-Louis Borloo obtient une double licence en droit et philosophie. Il est également licencié en histoire et sciences économiques. Passionné par la Chine maoïste, il s'y rend et parvient à saluer le leader Mao Zedong puis parfait sa formation avec des études de finance à l'Institut supérieur des affaires, à l'université de Manchester, dans le cadre d'un programme MBA.

À l'orée des années 1980, nommé avocat au barreau de Paris, il fonde un cabinet, d'abord spécialisé dans l'entreprise en difficulté puis dans la transmission, l'implantation d'entreprises, le marché financier, les fusions et acquisitions. S'entourant de jeunes ingénieurs, Jean-Louis Borloo se positionne alors comme l'un des conseils externes les plus recherchés par les grandes entreprises. Il est à ce titre l'avocat de Bernard Tapie.

À cette même époque, il enseigne l'analyse financière à HEC Paris. En 1986, âgé de 35 ans, Jean-Louis Borloo cherche à diversifier ses activités. À l'instar de son ami Bernard Tapie dirigeant l'Olympique de Marseille, il accède à la présidence du FC Valenciennes, poste qu'il occupe jusqu'en 1991. Il découvre ainsi le nord de la France et s'inquiète de l'aspect sinistré de la région.

Il se présente en 1989 à l'élection de la mairie de Valenciennes, sans aucune investiture politique. Grâce à sa présence sur le terrain depuis 1986, et à l'absence de réelle opposition, il y est élu maire avec plus 76 % des voix au second tour.

De mai 1989 à 1992, élu en deuxième position sur la liste de Simone Veil, Jean-Louis Borloo siège au Parlement européen et le 22 mars 1992, il devient conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais. Il occupe cette fonction jusqu'au 18 octobre 1993.

Le 2 avril 1993, il devient député de la 21e circonscription du Nord, sous la bannière Divers droite. Deux ans plus tard, il est réélu maire de Valenciennes avec 63 % des voix pour sa liste au premier tour des élections municipales.

En 1997, désormais apparenté au groupe UDF, Jean-Louis Borloo voit son mandat de député renouvelé. Nommé porte-parole de ce parti centriste, en janvier 2001, il est réélu deux mois plus tard maire de Valenciennes, avec 63,36 % des voix dès le premier tour.


Après le 21 Avril 2002, il rejoint l'Union pour la majorité présidentielle (actuelle Union pour un mouvement populaire).

Il est présent dans les gouvernements successifs depuis 2002 : ceux de Jean-Pierre Raffarin comme ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine de 2002 à 2004, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale de 2004 à 2005. Depuis le 2 juin 2005, il devient ministre de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, dans l'équipe menée par Dominique de Villepin.

En décembre 2005, il devient avec André Rossinot co-président du Parti radical valoisien, parti de tendence centre-droit, autrefois associé à l'UDF, et depuis 2002 à l'UMP.

Le 21 juillet 2005, il a épousé la journaliste Béatrice Schönberg, à la mairie de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Le mariage a été célébré par Patrick Ollier, député-maire UMP de Rueil-Malmaison. Ce mariage a suscité de nombreuses critiques sur la collusion entre médias et politiques, notamment de la part des syndicats de journalistes.

Il est l'un des membres des gouvernements Raffarin et Villepin les plus populaires, ce que les analystes attribuent à une forte image d'homme politique neuf (franchise, proximité avec le peuple, …) ainsi qu'à son rôle « social » dans ces gouvernements.

Pour l'élection présidentielle de 2007, il déclare assez tardivement qu'il soutient Nicolas Sarkozy, moins d'un mois avant le premier tour de scrutin.
Du 18 mai au 18 juin 2007, il est ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi dans le gouvernement François Fillon (1). Le 10 juin 2007, interrogé par Laurent Fabius, il n'exclut pas l'introduction d'une TVA sociale parmi d'autres mécanismes visant à un réaménagement de la fiscalité.

Depuis le 18 juin 2007, il est ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement et de l'Aménagement durables du gouvernement François Fillon (2). Il succède à Alain Juppé, démissionnaire en raison de sa défaite aux législatives, ce qui n'est pas analysé par les observateurs comme une promotion.
Jean-Louis Borloo s'est clairement engagé en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique .

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.099s