Jean-Luc Mélenchon life and biography

Jean-Luc Mélenchon picture, image, poster

Jean-Luc Mélenchon biography

Date of birth : 1951-08-19
Date of death : -
Birthplace : Tanger, Maroc
Nationality : Française
Category : Politics
Last modified : 2011-10-12
Credited as : homme politique , député européen, co-président du Parti de gauche

0 votes so far

Jean-Luc Mélenchon, né le 19 août 1951 à Tanger, au Maroc, est un homme politique français.
Il est député européen et co-président du Parti de gauche (PG).

Fils d'une institutrice et d'un télégraphiste pied-noir, il grandit en Normandie après le divorce de ses parents puis dans le Jura. Son militantisme commence dès l'adolescence quand lycéen, il participe à Mai 1968 à Lons-le-Saunier.

L'année suivante, en faculté de lettres modernes, à Besançon, il adhère à l'Union nationale des étudiants de France et entre au bureau national de l'Unef-Unité syndicale en 1974. Il est également membre de l'Organisation Communiste Internationaliste (OCI).

Il poursuit ses études en passant une maîtrise de philosophie. Après avoir enseigné le français quelque temps dans un lycée technique, il exerce différents petits boulots comme correcteur dans une imprimerie, ouvrier d'entretien, journaliste.

Sa véritable vocation demeure le militantisme. En 1977, il s'éloigne de ses idéaux communistes pour adhérer au PS, espérant trouver une alliance entre les deux partis. Dans le Jura, il occupe dès cette époque au Parti socialiste des responsabilités départementales. Il crée également un journal fédéral PS-PCF au moment même où les communistes rompent avec le parti socialiste.

Lors d'une fête du Poing et la Rose, il rencontre le maire de Massy (91), Claude Germon, qui lui propose de le rejoindre en Ile-de-France pour devenir son directeur de cabinet. Jean-Luc Mélenchon gravit alors les échelons du Parti socialiste au niveau départemental. Lors du Congrès de Valence en 1981, il est nommé premier secrétaire de la fédération d'Essonne. Il défend alors la politique menée par François Mitterrand. En 1986, il devient sénateur de l'Essonne.
Communiste dès le départ, Jean-Luc Mélenchon prend très vite des distances avec François Mitterrand et le Parti socialiste. Il crée en 1988, la Gauche socialiste avec Julien Dray, un proche qu'il a rencontré quelques années auparavant en Essonne, où ils mènent tous deux une carrière politique. Tous deux manifestent publiquement leur opposition à la participation de la France dans la guerre du Golfe.

En 1990, lors du Congrès de Rennes, Jean-Luc Mélenchon conduit sa propre motion, qui n'obtient que 1,35 % des suffrages. Au Congrès de Brest, en 1997, il se présente au poste de Premier secrétaire du PS face à François Hollande. Cette candidature se solde par un cuisant échec puisqu'il n'obtient que 8,81 % des voix. Cette même année, Lionel Jospin lui propose un secrétariat d'Etat au Logement. Mais Mélenchon veut plus : il veut être ministre.

Jospin se passe de ses services. Rebelle, il s'oppose à son parti en 1998 : alors que le PS accepte le passage à la monnaie européenne, lui, la refuse, recevant un blâme de la part des dirigeants socialistes. Finalement, en mars 2000, Lionel Jospin le nomme ministre délégué à l'enseignement professionnel.

Après la défaite de la gauche à l'élection présidentielle de 2002, il crée un nouveau courant avec Henri Emmanuelli : le Nouveau Monde. En 2003, lors du Congrès de Dijon, les deux hommes présentent leur motion et parviennent à obtenir 16,3 % des voix.

Jean-Luc Mélenchon prend de nouvelles libertés avec le Parti socialiste en 2005 : alors que les socialistes ont voté en interne « oui » pour la Constitution européenne, lui, décide de militer pour le « non » et de faire campagne aux côtés de Marie-George Buffet (PCF), d'Olivier Besancenot (LCR) et de José Bové (Confédération paysanne).

Avec la victoire du « non » au référendum, Henri Emmanuelli et Jean-Luc Mélenchon mettent fin au Nouveau Monde et chacun crée un nouveau courant. Henri Emmanuelli est à la tête d'Alternative socialiste et Jean-Luc Mélenchon fonde Trait d'union ainsi que l'association Pour la république sociale qui vise à faire de la gauche un camp clairement républicain et antilibéral.

Parce que Laurent Fabius est le candidat socialiste lors des primaires à l'élection présidentielle qui a milité pour le « non » à la Constitution européenne, Jean-Luc Mélenchon lui apporte son soutien. Après la désignation de Ségolène Royal aux primaires de 2006, Mélenchon encourage la gauche à s'unir autour de la candidate PS pour faire barrage à Nicolas Sarkozy.

Il décide avec Marc Dolez de démissionner du Parti socialiste pour créer un nouveau mouvement : le Parti de gauche à l'image de « Die Linke » en Allemagne. L'objectif de ce nouveau parti est de mobiliser les forces de gauche contre le libéralisme en vue notamment des élections européennes de 2009.

Jean-Luc Mélenchon crée officiellement le 1er février 2009 le Parti de gauche lors du Congrès de Limeil-Brévannes. Il est élu président du bureau national. Un secrétariat national consacré à l'écologie est spécifiquement fondé afin de marquer une différence nette entre les préoccupations socialistes et celles du Parti de gauche. Martine Billard est nommée co-présidente.

Dans le cadre des élections européennes, le Parti communiste accepte de s'unir à Jean-Luc Mélenchon. L'alliance entre les communistes et le Parti de gauche donne naissance au « Front de gauche ».

En juin 2009, Mélenchon est en tête de liste du Front de gauche dans la circonscription Sud-Ouest lors des élections européennes. Il est élu député européen avec 8,15 % des suffrages. Déçu par cette expérience puisqu'il estime avoir moins de pouvoir encore qu'au Sénat en France, il décide de se présenter aux élections régionales de 2010.

Début 2011, Jean-Luc Mélenchon annonce qu'il se porte candidat à l'élection présidentielle.



Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.148s