Jorge Lavelli life and biography

Jorge Lavelli picture, image, poster

Jorge Lavelli biography

Date of birth : -
Date of death : -
Birthplace : Buenos Aires , Argentine
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-04-28
Credited as : metteur en scène de théâtre et d'opéra , Prix de la Critique pour Jeux de massacre d'Eugène Ionesco, Prix Dominique de la mise en scène pour Le roi se meurt

0 votes so far

Jorge Lavelli est un metteur en scène de théâtre et d'opéra argentin né à Buenos Aires en 1932. Il vient en France en 1960 où il a été naturalisé en 1977.

Jorge Lavelli commence d'abord par intégrer le Théâtre des Nations à Paris.
Ses premiers travaux concernent surtout la mise en scène des oeuvres de ses contemporains. Il supervise ainsi les pièces de son temps tels que celles d' Arrabal , d'Obaldia, de Fuentes , de Pinter , ou de Handke .

Cependant, il n'écarte pas pour autant les auteurs classiques et s'atèle au répertoire en montant des oeuvres tels que Médée de Sénèque, La vie est un songe de Caldéron, Polyeucte de Pierre Corneille ou Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare .

En 1969, par le biais de Orden de Pierre Bourgeade et Girolamo Arrigo au Festival d'Avignon, Lavelli expérimente une sorte de théâtre musical. Il met alors en scène des opéras de compositeurs contemporains tels que Ravel, Debussy, Stravinsky, Prokofiev ou Von Einem.

A partir de 1987, l'artiste originaire d'Amérique latine occupe la fonction de Directeur fondateur du Théâtre National de la Colline à Paris. Jusqu'en 1996, date à laquelle il quitte son poste, Jorge Lavelli se focalise sur la recherche de nouveaux auteurs talentueux. Des pièces telles que Le Public de Lorca , Réveille toi, Philadelphie de Billetdoux , La veillée de Lars Noren ou Macbett de Ionesco sont mises en scène durant cette période.

S'en suit une série de gratifications plus prestigieuses les unes que les autres : en 1992, il est fait Chevalier de l'Ordre National du Mérite, en 1993, Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres et consécration suprême, en 1994, Chevalier de la Légion d'honneur.
Depuis 1997, Lavelli monte des pièces un peu partout dans le monde. De la France aux Etats-Unis en passant par son continent natal.

Entre autres, il crée l'Opéra de Charles Chaynes à Monaco.
En 2002, après avoir été décoré de l'insigne d'Officier de l'Ordre National du Mérite par la Ministre de la Culture et de la Communication de l'époque, Catherine Tasca, il monte Le désarroi de Monsieur Peters d' Arthur Miller au théâtre de L'Atelier de Paris.
Malgré son âge avancé et le fait qu'il n'a plus rien à prouver, il continue à monter des pièces de théâtre et d'opéra à travers le monde : Siroe, re di Persia au B.A.M de New York en 2005 ou Le roi Lear de Shakespeare au Teatro General San Martin de Buenos-Aires.

Tout au long de sa carrière, Jorge Lavelli est récompensé par plusieurs autres prix : le Prix de la Critique pour Jeux de massacre de Ionesco, ainsi que pour Le Roi se meurt du même auteur, qui reçoit aussi le Prix Dominique ou le Grand Prix des Arts de la Scènes de Paris et encore bien d'autres.

Ce metteur en scène de talent a inspiré certains auteurs qui lui ont consacré des ouvrages ; Lavelli de Dominique Nores, Colette Godard et Christian Bourgeois en 1971 et Lavelli, opéra et mise à mort d'Alain Satgé en 1979.

Lavelli publiera également en 2002 en collaboration avec Delphine Salkin et le Centre International de Formation en Arts de Spectacle, Jorge Lavelli, maître de stage.
S'en suit de 2003 à 2007, une série de mise en scène et de production des deux côtés de l'Atlantique : 2003, Faust, à l'Opéra Bastille, Le vaisseau fantôme de Wagner à Naples, Homebody/Kabul de Tony Kushner au Luxembourg.

Il continue avec Siroe, re di Persia à New York (2004), La hija del aire de Calderón à Buenos Aires et Madrid (2004), Merlin de Tankred Dorst (2005), Chemin du ciel (2007)et Le Garçon du dernier rang (2009) de Juan Mayorga en France.

Prix et récompenses
1970 : Prix de la Critique pour Jeux de massacre d'Eugène Ionesco
1976 : Grand Prix du théâtre du Syndicat de la critique pour Le roi se meurt d'Eugène Ionesco
1976 : Prix Dominique de la mise en scène pour Le roi se meurt
1980 : Prix de la Critique espagnole pour Doña Rosita, la solterade de Federico García Lorca
1980 : Prix de la Critique italienne pour Doña Rosita, la solterade de Federico García Lorca
1988 : Prix de la meilleure création d'une pièce en langue française du Syndicat de la critique pour Une visite inopportune de Copi
1989 : Prix de la meilleure création d'une pièce en langue française du Syndicat de la critique pour Réveille-toi, Philadelphie de François Billetdoux
Molières 1990 : Molière du théâtre public pour Greek de Steven Berkoff
1993 : Prix du brigadier pour Macbett d'Eugène Ionesco
1996 : Grand Prix des arts de la scène de la Ville de Paris
1999 : Prix ACE pour Six personnages en quête d'auteur de Luigi Pirandello
2000 : Prix ACE pour Mein Kampf (farce) de George Tabori
2004 : Prix Plaisir du théâtre
2008 : Prix SACD de la mise en scène pour Chemin du ciel


Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.116s