Mireille Mathieu life and biography

Mireille Mathieu  picture, image, poster

Mireille Mathieu biography

Date of birth : 1946-07-22
Date of death : -
Birthplace : Avignon, France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2010-05-20
Credited as : Chanteuse, « Une femme amoureuse » , 1980, « De tes Mains », 2002

0 votes so far

Mireille Mathieu est une chanteuse française née le 22 juillet 1946 à Avignon (Vaucluse).

Révélée en 1965 au cours d’un télé-crochet, elle est l’archétype de la chanteuse populaire des années 1960 et 70, période où elle connaît ses plus grands succès discographiques de « Mon credo » composé par Paul Mauriat et écrit par André Pascal en 1966 à « Une femme amoureuse » en 1980.

La vie de Mireille Mathieu est un véritable conte de fées. En effet, rien ne prédisposait cette fille de tailleur de pierre (son père Roger a même réalisé la tombe d'Albert Camus) contrainte d’aller travailler dans une usine d’enveloppes à l’âge de quatorze ans pour aider sa famille, à devenir l’une des chanteuses les plus populaires de la seconde partie du XXe siècle dans le monde.

Elle s’éveille cependant à la chanson dès son enfance avec son père, un baryton, fan d’opéra et de grandes voix. C’est la découverte d'’Édith Piaf qui lui montre la voie : elle sera chanteuse. Avec obstination, elle se présente trois années consécutives au concours « on chante dans mon quartier » organisé par la mairie d’Avignon et le remporte en 1964 avec « La Vie en rose » qui est encore aujourd’hui, la chanson fétiche qu’elle chante dans tous ses concerts.
L’adjoint au maire d’Avignon, Raoul Colombe, décide de soutenir sa vocation. Il la fait participer à de nombreux galas locaux et l’inscrit au fameux « Jeu de la Chance », le télé-crochet de la mythique émission « Télé Dimanche » de Raymond Marcillac.

Et c’est le 21 novembre 1965, que des millions de téléspectateurs français découvrent, médusés, ce petit bout de femme vêtu de noir qui interprète la chanson de son idole Édith Piaf « Jezebel ». Elle est plébiscitée sept semaines de suite par le public et le grand imprésario Johnny Stark prend en main sa carrière.

Dès lors, les chansons, les succès, les concerts dans le monde entier s’enchaînent à un rythme effréné. Après un premier Olympia en décembre 1965 en lever de rideau de Dionne Warwick et Sacha Distel, elle s’y produit en vedette dès 1966, accompagnée par Paul Mauriat, auréolée de ses premiers succès : « Mon Credo » (plus d’un million d’exemplaires écoulés), « Qu’elle est belle », « Viens dans ma rue » (André Pascal/Paul Mauriat).

Ses ventes de disques sont phénoménales pour l’époque. Autre originalité, le retentissement du succès de Mireille en France dépasse rapidement les frontières et dès 1966, elle participe au célèbre « Ed Sullivan Show » aux États-Unis.

Elle est parrainée par Maurice Chevalier auquel elle consacrera une chanson hommage en 1980 Le canotier de Maurice Chevalier et le cinéaste/documentariste François Reichenbach tourne Le Conte de fée de Mireille Mathieu qui est diffusé fin 1966 à la télévision française. Ce film montre en particulier sa rencontre avec Maurice Chevalier et son premier voyage aux États-Unis.

Son image de chanteuse « officielle », « voix de la France » se construit dès cette époque avec l’interprétation de « Paris en Colère ». Écrite par Maurice Vidalin sur la musique composée par Maurice Jarre pour le film de René Clément « Paris brûle-t-il ? », la chanson est, dès sa sortie, un immense succès et est encore aujourd’hui la chanson symbole de la libération de Paris, au point que, en 2004, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, lui demande de la chanter devant l’hôtel de ville en présence du Président Jacques Chirac pour les célébrations du soixantième anniversaire de la libération de Paris.

En 1967, c’est l’adaptation en français du succès d’Engelbert Humperdinck « The Last Waltz » sous le titre « la Dernière Valse » qui lui ouvre les portes des charts du Royaume-Uni et l’honneur de participer pour la première fois à la « Royal Performance » devant la reine Elizabeth II. (Elle s’y produira deux autres fois au cours de sa carrière.)

Elle participe, à la fin des années soixante, à de très nombreux shows au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis qui lui permettent de se confronter à Tom Jones, Dusty Springfield, Burt Bacharach, Cliff Richard, Danny Kaye, Des O’Connor, John Davidson, etc.

Le compositeur de « la Dernière Valse », Les Reed, lui concocte de nombreuses chansons, qu’elle interprète en français et/ou en anglais dont les célèbres « Bicyclettes de Belsize » lui permettant d’élargir son répertoire musical.

Après de nombreux succès en français (« J’ai gardé l’accent », sur un texte de Gaston Bonheur en 1968 ; « La première étoile » écrite par André Pascal sur une musique de Paul Mauriat en 1969, qui sera reprise en suédois par Agnetha Fältskog avant qu’elle ne rejoigne le groupe ABBA), Mireille se fait connaître du public allemand, en 1969, avec « Hinter den Kulissen von Paris ».

Durant toutes les années 1970, ses succès dans la langue de Goethe composés et arrangés pour la plupart par Christian Bruhn vont se succéder et faire d’elle le symbole de l’amitié franco-allemande initiée par Konrad Adenauer et le Général de Gaulle.

Quelques-uns de ses succès allemands sont également des succès en France et dans de nombreux pays : « Acropolis Adieu » (1971), « Santa Maria de la Mer » (1978), « Mille Colombes » (1977) et « La Paloma Adieu » qui, en 1973, est un succès dans toute l’Europe, aussi bien dans la version allemande que française.
Cette année-là, son passage à l’Olympia durant près d’un mois est un triomphe tant public que critique.
C’est à Mireille Mathieu que Francis Lemarque et Georges Coulonges font appel pour interpréter la chanson titre de leur fresque musicale sur Paris, « Paris Populi ». Deux réalisateurs français la sollicitent pour apparaître dans leurs films.

Jacques Demy la filme à Bobino chantant « Paris Perdu » sur une musique de Michel Legrand devant Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni dans « L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune ». Michel Legrand qui signe également la chanson d’ouverture de « Pour le meilleur ou pour le pire ». Claude Lelouch lui offre une apparition dans son célèbre film « La bonne Année » ainsi que la chanson titre du film écrite par Francis Lai.

La collaboration entre Francis Lai et Mireille Mathieu date de 1966 alors qu’il était son accordéoniste avant le succès mondial de « Un homme et une femme », chanson que Mireille a également contribué à populariser dans le monde entier.

Francis Lai a écrit plus d’une trentaine de chansons pour Mireille dont « C’est ton nom » (1966), un album complet « Mireille Mathieu chante Francis Lai » en 1972, « Je t’aime avec ma peau » (1978), « T’aimer » (1986), « La vie n’est plus la vie sans nous » (2002), « Un peu d'espérance » (2005). Mais c’est « Une histoire d’amour » (1971), sa création en français de la chanson du Film « Love Story » qui est leur plus grand succès en commun. Cette chanson a en effet été classée parmi les 100 plus grands succès français des cinquante dernières années.[réf. nécessaire]

La collaboration de Mireille avec des musiciens de films se poursuit en 1974 avec l’album en italien « Mireille Mathieu chante Ennio Morricone ». Mireille est la seule, avec la grande chanteuse italienne Milva, à avoir eu les honneurs d’un tel album avec Ennio Morricone qui lui a même concocté deux chansons originales.

Alors qu’elle connaît de nombreux succès populaires fédérateurs comme « Tous les enfants chantent avec moi » écrit par Eddy Marnay sur une musique de Bobby Goldsboro, Mireille élargit son répertoire à différents styles de chansons.

La collaboration avec Alice Dona pour la musique et avec Serge Lama ou Claude Lemesle pour les textes lui permet de défendre des chansons fortes comme « Le Silence » ou « Le Strapontin » en 1977. Elle reprend du même Lama, la chanson « L’esclave » (1976) ou, juste après la loi Veil, aborde la question de l’avortement en 1976 dans « L’anniversaire ». Mireille adapte également quelques succès anglo-saxons comme « A Blue Bayou » (1978) de Roy Orbison et « Une Femme Amoureuse » (1980).

Au début des années 1980, Mireille Mathieu est devenue une vocaliste à l’américaine. Elle a enregistré en 1979 deux albums complets avec Paul Anka (en français et en anglais) et un autre avec le chef d'orchester américain Don Costa.

Elle est devenue sur scène ou dans les shows de Maritie et Gilbert Carpentier, une meneuse de revue reprenant les succès de la comédie musicale américaine comme « Over the Rainbow », « La chanson du Trolley », « People » ou « Sweet Charity ».

Un projet d’adaptation de « The Wiz », la version modernisée du Magicien d’Oz créée à Broadway et tournée au cinéma par Diana Ross et Michael Jackson, à Paris ne voit pas le jour mais Mireille chantera deux chansons adaptées de la comédie musicale.

Alors qu’elle continue à chanter dans le monde entier (tournées en Allemagne, au Japon, au Canada, au Mexique, passage au Carnegie Hall de New York), Mireille est de plus en plus sollicitée. Après « Bravo tu as gagné », son adaptation de « The Winner Takes It All » avec le groupe Abba dans le chœurs (1981) et un duo à succès dans toute l’Europe avec Patrick Duffy, « Together we’re strong » (1983), sa rencontre avec Plácido Domingo au cours d’un Grand Echiquier de Jacques Chancel sur l’aria « Tous mes rêves » composée par Michel Legrand, sur des paroles de Jean Dréjac, lui permet de développer un répertoire à la frontière de la variété et du classique.

Elle débute une longue collaboration avec Janine Reiss, grande répétitrice de chanteurs d’Opéra, qui lui permet de renforcer sa maîtrise vocale. Cela se ressent dans son duo avec le ténor Wagnérien Peter Hoffmann dans « Scarborough Fair », dans « Chanter » en 1984, repris depuis par de nombreuses chorales ou « La demoiselle d’Orléans » en 1985.

Cette chanson accompagne son grand retour sur scène à Paris sur la scène du Palais des congrès en 1986, pour ses vingt ans de carrière, durant un mois devant 110 000 personnes.

La fin des années 80 est marquée par une grande tournée en Chine en 1986 où elle est l’une des premières artistes occidentales à se produire et une autre grande tournée en URSS en 1987 au cours de laquelle elle est accompagnée par les chœurs de l’armée rouge.

En 1986 également, elle chante la chanson officielle de la France pour le centenaire de la Statue de la Liberté en duo avec Andy Williams à New York devant les présidents Reagan et Mitterrand.
En 1987 elle reçoit l’ordre national du mérite, Jacques Chancel lui consacre un Grand Echiquier spécial où elle interprète plusieurs mélodies classiques. Sa première autobiographie « Oui, je crois » rédigée avec Jacqueline Cartier paraît et se classe en tête des ventes.

En 1988, la sortie du single « L’enfant que je n’ai jamais eu » marque son entrée dans une nouvelle maison de disques, Carrère (après Barclay de 1966 à 1972, Philips de 1973 à 1982 et Ariola de 1983 à 1987) et le début d’une collaboration avec Didier Barbelivien et Pascal Auriat.

Mireille sera nommée Chevalier de la Légion d'honneur (1er ordre), le 9 décembre 1999, par Jacques Chirac, président de la République française.

La disparition brutale de son mentor Johnny Stark en 1989 amène Mireille à prendre en main seule sa carrière (avec sa sœur Monique) et à réduire l’intensité tant de ses prestations scéniques que sa production discographique.

Elle dédie son album de 1989 à Johnny Stark « l’Américain » et crée une chanson de François Feldman « Ce soir, je t’ai perdu » au cours de son Palais des Congrès de 1990.

Mireille se consacre dès lors plus aux pays étrangers où sa voix symbolise la France. Son premier album totalement en espagnol « Embrujo » qui reprend principalement de grands thèmes classiques est double disque d’or en Espagne en 1989.

Elle enregistre plusieurs albums en Allemagne et chante en Italie (au festival de San Remo par exemple), en Finlande (Turku 1991, 1994, 1997), en Ukraine, en Slovaquie, en Russie, aux États-Unis, etc. Une compilation sortie en 2000 au Canada est également disque d’or.

Ses apparitions en France, plus rares, font cependant toujours l’événement. Son disque hommage à Piaf en 1993 (et réédité en 2003) se vend à près de 100.000 exemplaires.
Son album de 1995 « Vous lui direz » comporte des chansons écrites principalement par Michel Jourdan et Noam Kaniel ainsi qu’une chanson de Maxime Le Forestier « À la moitié de la distance ».

En 1998, après un passage en trio avec Alain Souchon et Julien Clerc à l’émission des Restos du cœur sur la chanson « Femme Libérée », elle chante à l’Olympia en décembre et sort deux inédits au sein d’une compilation intitulée « Son grand numéro » dont une adaptation de « Un-break My Heart » de Toni Braxton, « Reste avec moi ».

En 2002, Mireille effectue son retour en France avec l’album « De tes Mains » produit par Mick Lanaro et arrangé par Jean Musy. D’une tonalité mélancolique et introspective, cet album comporte plusieurs chansons marquantes comme « La solitude » écrite par Gérard Presgurvic, « La vie n’est plus la vie sans nous » (Patrice Guirao/Francis Lai) ou « Personne » (Caroline Cabat/Jean Musy).

Plusieurs chansons font écho pudiquement à la vie de Mireille : « Aujourd’hui je reviens » ou « De tes mains ». Cet album accompagne une semaine de spectacle en novembre à l’Olympia qui remporte un grand succès ,suivie de sa première tournée depuis vingt ans en France, Suisse et Belgique.
Ce retour est accompagné de plusieurs apparitions radiophoniques et télévisées en particulier un spécial « Vivement Dimanche » de Michel Drucker où Mireille reçoit Tom Jones et connaît une des plus fortes audiences de l’émission.

En 2005, pour ses quarante ans de carrière, Mireille Mathieu a sorti son 80e album (studio et live). Bien qu'il s’agisse de son 38e album studio en France, il en convient en effet d'ajouter : les albums studios originaux sortis à l'étranger (Allemagne, Espagne, Mexique, États-Unis), les albums sortis au Japon qui comprennent essentiellement des chansons en français inédites en France, ainsi que les albums « Live » sortis en France, au Canada, au Japon, au Liban et en Russie.

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.108s