Patrick Chesnais life and biography

Patrick Chesnais picture, image, poster

Patrick Chesnais biography

Date of birth : 1947-03-18
Date of death : -
Birthplace : La Garenne-Colombes, France
Nationality : Française
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2010-07-27
Credited as : Acteur et réalisateur, dialoguiste, et scénariste

0 votes so far

Patrick Chesnais, de son vrai nom Patrick Chenais, est un réalisateur, acteur, dialoguiste et scénariste français né le 18 mars 1947 à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Patrick Chesnais choisit d'entrer au Conservatoire d'Art Dramatique après l'obtention de son bac, en 1965. Il suit alors les cours de René Simon et de Lise Delamare et obtient, en 1968, un premier prix en comédie. Il a tout juste 20 ans.

Dès lors et pendant les dix années qui vont suivre, le jeune comédien va accumuler les rôles au théâtre, de "Pauvre Bitos" de Jean Anouilh en 1967 au "Jeune homme" de Jean Andureau en 1972, en passant par "La dame de Chicago" de Frédéric Dard en 1968, jusqu'aux "Amoureux" de Goldoni en 1976, avec Brigitte Roüan.

Eclectique, insatiable, Chesnais endosse des rôles tellement contrastés sur scène que la reconnaissance tarde. Et ce sera à peu près le même schéma au cinéma, où il apparaît dès 1976, accumulant les seconds rôles pendant plus de dix ans sans acquérir un véritable statut de vedette.

La moustache et l'œil tombant, une ironie suave au bord de la lèvre qu'il a frémissante, Patrick Chesnais change peu de visage, sinon de registre : c'est un peu le Droopy du cinéma français. Homme d'affaires suicidaire dans La provinciale, gitan avenant dans Les sacrifiés, chef de chantier trompé par un escroc dans Monsieur Albert, contremaître intraitable dans L'empreinte des géants, journaliste idéaliste dans L'œil du maître, flic entêté dans Ras le cœur, marquis libertin dans Corentin, coiffeur résistant dans Blanche et Marie, restaurateur dans Les cigognes n'en font qu'à leur tête, médecin violent dans Il y a des jours... et des lunes, Patrick Chesnais est partout et nulle part à la fois, inclassable.

Jusqu'au jour où son ami Michel Deville, qui l'avait déjà fait tourner dans le très étrange Dossier 51, lui offre un des premiers rôles de La lectrice, où, en PDG égrillard, il se fait lire des livres érotiques par la douce Miou-Miou. Le comédien obtient, pour ce rôle, non seulement une reconnaissance publique (le film est un très grand succès commercial), mais aussi le César du Meilleur acteur dans un second rôle.

Parallèlement, Chesnais poursuit son travail sur scène, obtenant notamment le Grand Prix de la Critique en 1982 pour "Le bleu de l'eau de vie" de Jorge Semprun. Récemment, il triomphait aux côtés de Zabou dans la pièce "Skylight", pour lequel il était une fois de plus nominé aux Molières.

On le voit aussi à la télévision, notamment depuis le milieu des années 90 où il est un père de famille régulier dans des productions familiales sympathiques. A noter qu'il a reçu un Sept d'Or pour son rôle dans "Jacques le fataliste", et qu'il a été un commissaire Etchegoyen récurrent dans la série des "Brigade mondaine".

Au cinéma, son travail de fond dans le registre du second rôle se poursuit de plus belle, notamment dans Post coïtum, animal triste de Brigitte Roüan, où il compose un mari trompé et blessé. Sans doute son meilleur rôle.

Après une pause, il revient avec deux films par an, généralement des comédies sans prétention où ou des films à la veine plus sombre, où il joue de son profil inquiétant (Te quiero). En 2000, alors qu'il a dépassé la cinquantaine, Patrick Chesnais passe de l'autre côté de la caméra pour un polar tordu, Charmant garçon, où il tient le premier rôle, celui d'un flic ringard, grossier et violent... mais amoureux.

En 2005, il est à l’affiche du très remarqué Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé qui lui amène une nomination au César 2006 du meilleur acteur.
Son fils, Ferdinand, 20 ans, également acteur, meurt dans un accident de voiture le 13 octobre 2006. À la suite de cet accident, Patrick Chesnais crée en avril 2007 l'association Ferdinand1 dans le but de prévenir les dangers que constitue l'alcool au volant.
En septembre 2008, il publie un livre de souvenirs concernant son fils, Il est où Ferdinand ? : Journal d'un père orphelin (éditions Michel Lafon).

Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.078s