Paul Baillargeon life and biography

Paul Baillargeon  picture, image, poster

Paul Baillargeon biography

Date of birth : -
Date of death : -
Birthplace : Montréal, Canada
Nationality : Canadienne
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-03-04
Credited as : auteur, compositeur, interprète et chef d'orchestre , chansons:Donne-moi le temps-Renée Claude , Souffle de nos amours -Michel Louvain

0 votes so far

Paul Baillargeon (né en 1943 à Montréal au Québec) est un auteur, compositeur, interprète et chef d'orchestre québécois.
Il entre au conservatoire de Québec à l'âge de 8 ans, il se produit avec l'orchestre symphonique de Montréal en 1956 (il n'a alors que 12 ans). Cependant, c'est en 1963 que débute véritablement sa carrière. Il accompagne alors des artistes tel que Pauline Julien ou Pierre Létourneau.

Le compositeur poursuit son travail d'accompagnateur auprès d'artistes tel que Renée Claude, Ginette Reno, Donald Lautrec ou encore Chantal Pary. Il réalise également pour ces artistes des arrangements, tout en leur composant des chansons.

Ainsi, le compositeur signera beaucoup de musique pour Chantal Pary dont L'été reviendra (1972), Emmanuella (1973), Je me remarie (1973), J'ai le goût du Québec (1974), Voilà le printemps qui revient (1975), Les gens heureux n’ont pas d’histoire (1976), Québec en fête (1977), Demain viendra l’amour, Ta couleur et Un million d’enfants (qui sera également chanté, en France, par Mireille Mathieu).

Cependant, les premiers interprète de Paul Baillargeon ont pour noms Renée Claude (Donne-moi le temps, 1967, Tu es le même, 1968), Michel Louvain (Souffle de nos amours, 1966), Donald Lautrec (Le cœur à l’endroit, 1971), Charles Linton (Ouvre ton âme, 1970), Michel Pilon (La rose et l’amour (1971)et Patsy Gallant (Nous irons ensemble, 1971). En 1972, il collabore à l’album Soleil de Jean-Pierre Ferland. Pour l’occasion, en plus de signer toutes les orchestrations, il compose toutes les musiques des chansons. Parmi celles-ci, il faut citer Au fond des choses le soleil emmène au soleil, Mon ami J. C., Monsieur Gobeil, Si on s’y mettait et Sur la route 11.

Entre 1971 et 1974, Paul devient le pianiste attitré de Sous mon toit, émission de télévision animée par Tex Lecor. Ce dernier amorce donc logiquement une collaboration avec le compositeur-arrangeur. Les chansons La ballade de Joe Caribou, Après la Baie-James (1973), Quand ça ne tourne pas rond (1972) et Les vieilles chansons d’amour portent donc leur signature commune.

L’artiste finit par fonder, en 1974, son propre studio d’enregistrement, La Marguerite, ce qui lui permet d’enregistrer lui-même quelques disques. Il est également très actif au niveau de le domaine de la publicité, remportant quelques prix pour la musique composée pour certaines de ses publicités. Logiquement, il compose également pour la télévision et le cinéma. C’est également à cette époque que sa carrière devient internationale. Il travaille à la fin des années 70, aux Etats-Unis et y séjournent même quelques temps.

Par ailleurs, il compose des chansons pour des artistes français. La talentueuse Nicole Rieu lui doit quelques unes des plus belles chansons de son répertoire, comme par exemple Il aurait voulu voir la mer, Anne-Marie (1977), Au marché du boulevard, Le commissariat, Et je tourne, La fille de Saint-Hilaire, Nicole tu es folle (1979) et Un peu de soleil sur ma pelouse (1977). Nicole Croisille interprète Tout le monde peut chanter sa chanson.

Dans les années 80, Paul Baillargeon ajoute une corde à son arc en composant quelques comédies musicales. Parmi celle-ci, figure La course au bonheur (dont les paroles sont de Marcel Lefebvre), en 1984, et Gala, en 1988, avec la collaboration de Jean-Pierre Ferland.

Toujours en 1984, il est responsable du spectacle présenté au stade olympique lors de la visite du pape Jean-Paul II à Montréal. La chanson Une colombe, interprétée par Céline Dion est extraite de ce spectacle. Cette dernière interprètera également Dis-moi si tu m’aimes, Elle et amoureuse. Toujours en 1984, Ginette Reno interprète Un cœur, puis C’est beau le monde, en duo avec Jean Lapointe.

La musique des téléséries La misère des riches (1990) et Montréal ville ouverte (1992) portent la signature du compositeur. Ce dernier a également signé la musique de la série Star Trek, the next generation, remportant ainsi le… et confirmant sa carrière internationale. Parmi ses récentes réalisations, il faut également mentionner une comédie musicale en hommage aux sœurs grises.


Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.109s