Stéphane Venne life and biography

Stéphane Venne picture, image, poster

Stéphane Venne biography

Date of birth : 1941-07-02
Date of death : -
Birthplace : Verdun , Canada
Nationality : Canadienne
Category : Arts and Entertainment
Last modified : 2011-03-04
Credited as : auteur-compositeur, arrangeur musical et producteur, chanson:Tu es noire , Prix Félix-Leclerc de la meilleure chanson canadienne

0 votes so far

Stéphane Venne, né le 2 juillet 1941 à Verdun (Montréal), est un auteur-compositeur, arrangeur musical et producteur québécois.
Stéphane Venne écrit ses premières chansons à la fin des années 50, alors qu'il est encore adolescent. En effet, le jeune homme aimait à l'époque, mettre ses états d'âmes sur papier. Certaines des chansons créées à cette époque seront interprétées par Pierre Létourneau. Le compositeur étudie également l'histoire à l'Université de Montréal.

En 1962, alors qu'il est encore étudiant, l'artiste scénarise le film de Denys Arcand et Denis Héroux, Seul ou avec d'autres. Cette première expérience professionnelle étant concluante, il récidive pour Denis Héroux, en 1964, alors qu'il collabore au film Jusqu'au cou. Parallèlement au scénario de ces films, il compose également la trame sonore de ceux-ci.

En 1965, Stéphane écrit, en collaboration avec François Dompierre, les chansons de l'album Il y eut un jour de Renée Claude. La chanson Tu es noire obtient alors le prix Félix-Leclerc de la meilleure chanson canadienne au Festival du disque.

À la suite de ce succès, Renée Claude n’hésitera pas, quelques années plus tard, à collaborer de nouveau avec l’auteur-compositeur. Les succès C’est notre fête aujourd’hui (1969), Le tour de la terre (1969), Les fleurs de papier (1969), C’est le début d’un temps nouveau (1970), Tu trouveras la paix (1971), Et après ça (1971), Tous les nuages (1971) et La rue de la montagne (1971) sont issues de cette fructueuse collaboration.

Au début des années soixante, Stéphane Venne se fait également chanteur, en enregistrant deux albums, en 1964 et 1966. À la même époque, il apprend beaucoup sur la structure des chansons en adaptant plusieurs succès anglophones, notamment pour Donald Lautrec. Ce dernier enregistre en 1967, le thème de l’Exposition universelle de Montréal (Expo 67), intitulé Un jour, un jour. Le chanteur interprète également Des copains tout le tour de la terre (1966), C’est bon à mourir (1969), Sur les murs de ma tête (1969), Ne va pas trop vite (1969) et Par le chat d’une aiguille (1970), entre autres.

La chanson Un jour, un jour apporte une certaine renommée à son auteur-compositeur, qui l’enregistre lui-même sous son nom. Michèle Richard en grave également une version sur disque. Le succès de cette pièce permet à Stéphane Venne d’enregistrer un troisième album, mais surtout de multiplier le nombre de ses interprètes.

Parmi ceux-ci, il faut mentionner Margot Lefebvre (Je suis la fille, 1966), Marc Gélinas (Fais ta valise, 1967), Dany Aubé (Une fleur sauvage, 1967, Lorsque la neige tombe, 1968), Chantal Renaud (Monsieur le boulanger, 1968, La licorne, 1968, Opération vacances, 1969), Claude Sorel (Pour notre amour, 1969) et Lucille Dumont (Les pluies de mai, 1969, La nuit se couche, 1969, Sous le manteau d’arlequin, 1969).

L’auteur-compositeur collabore également avec certains groupes des années 60 dont Les Intriguantes (Hello goodbye, 1968) et Les Coquettes (La licorne, 1968). Pour les Sinners, il adapte en français la chanson des Beatles Penny Lane, qui obtient un grand succès. Les Romains interprète, en 1969, Tu n’as plus besoin de moi.

Pierre Létourneau, qui est un ami depuis longtemps, enregistre alors Les saisons une à une, Chanson d’Amérique (1967), L’amour ça vient quand on y pense (en duo avec Chantal Renaud, 1969), La dame du cinquième étage (1969) et Je t’emmène (1969). Plus tard, en 1984, la collaboration entre les deux artistes se poursuit avec Chante avec moi.

À la charnière des deux décennies, Stéphane Venne est embauché par Barclay, en tant que producteur. En 1971, il devient directeur de production. En plus de signer plusieurs chansons pour Renée Claude (voir plus haut), il produit le premier album d’Offenbach. Il signe également Tu t’en vas chaque jour un peu plus (1970), pour Fernand Gignac, ainsi que Tu n’as pas le droit pour Tony Massarelli (1970). Joël Denis interprète plusieurs chansons du compositeur parmi lesquelles figurent Quand j’aurai 75 ans (1968), Des signes dans le ciel (1969), Tu es presque tout dans ma vie (1969) et Liberté (1970).

Si Charles Linton (Amis que ferez-vous, 1970), Julie Arel (Je t’oublie déjà, 1971, Le temps d’aimer, 1971) Christyne Chartrand (Enfin, 1972), Denise Brousseau (Dim dom ba di diya, 1970, Une poupée de papier, 1970), Michel Louvain (Le temps des îles, 1966, Souffle de nos amours, 1971), Georges Guétary (Marguerite est repartie, 1971, Une rose aux cheveux, 1971) ou Pauline Julien (Bonjour bonsoir, 1970, Je ne savais pas que j’avais besoin de toi, 1970, Chanson entre nous, 1971) font partie des interprètes de cette époque, c’est cependant Isabelle Pierre qui marquera les années Barclay de l’auteur.

Pour elle, il signe en effet une série impressionnante de grandes chansons : Parle-moi de toi (1969), Les enfants de l’avenir (1970), Le temps est bon (1971), Il était temps (1972), Si je t’ouvrais mon âme, Ce pays, Allo la vie, Saint-Thomas de Cherbourg (1970), Si tu m’aimes (1972), À cause d’un oiseau blanc (1972), Depuis que tu es arrivé dans ma vie (1972) etc.

Par ailleurs, après avoir interprété Prends le soleil (1969), Qu’est-ce qui nous empêche (1970) et Mon chemin sous les arbres (1971), Pierre Lalonde ajoute un succès de plus à sa carrière grâce à Attention la vie est courte (1971). Ce succès sera suivi par Youpi (1971), Parler d’amour (1972), Donne-moi ta vie (1972) et surtout Winnipeg (1974), un autre titre incontournable du chanteur.

En 1972, Stéphane Venne fonde la compagnie Solset et devient gérant d’artistes. Il prend sous son aile la chanteuse Emmanuelle pour laquelle il écrit plusieurs succès dont les plus connus sont Et c’est pas fini (1973) et Le monde à l’envers (1973). Parmi ce florilège, il faut également citer Que l’avenir vienne (1973), Ça commence doucement (1973), J’parle pu (1973), Le reel facile (1974), Chanter pour vivre (1974), ou encore On y arrivera (1975).

En plus d’enregistrer deux albums instrumentaux, en 1973 et 1975, Stéphane compose pour Jacques Boulanger Il n’y a vraiment pas de quoi (1973) et Près de la porte (1975), ainsi que On attend l’été (1973) pour Danielle Ouimet. En 1975, il est président du conseil d’administration de la Chant’Août, à Québec. L’année suivante, il organise le concours visant à sélectionner la chanson de clôture des jeux olympiques de Montréal. Toujours en 1976, il est co-fondateur de la station de radio CIEL-MF. En 1977, l’auteur-compositeur occupe le poste de président à la CAPAC.

Ses fonctions administratives obligent Stéphane Venne à se faire de plus en plus rare dans le milieu du disque. Sa signature apparaît tout de même sur les parutions de Suzanne Stevens (Viens t’en, viens t’en, 1975, L’as-tu vu le soleil, 1976, Fais ta vie, 1978, L’amour tendre, 1979) et de Melody Stewart (Ce n’est pas notre plus beau jour, 1975, On est encore là, 1975).

En 1979, l’artiste réalise le coffret Musique du Québec, composé de six disques regroupant des versions instrumentales des incontournables de la chanson québécoise. À la même époque, il fonde Omnison, maison de production qui se spécialise dans la musique d’ambiance.
En 1981, le thème musical de la série télévisée La famille Plouffe, Il était une fois des gens heureux, interprété par Nicole Martin, obtient un énorme succès. L’année suivante, Renée Martel enregistre Une femme pour la vie. Pendant les années 90, Stéphane Venne est délégué culturel à Paris. Puis, à son retour, il devient directeur des communications à la Communauté Urbaine de Montréal.

En 2003, il connaît un regain de popularité alors que la chanson Et c’est pas fini devient le thème de la première édition de l’émission Star Académie (version québécoise). Il écrit également le thème du film Le papillon bleu, intitulé Le ciel est à moi, chanté par Marie-Élaine Thibert.


Read more


 
Please read our privacy policy. Page generated in 0.205s